Festival international de jazz de Montréal: Le soul prometteur de Lady Linn (ENTREVUE/PHOTOS/VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Lady Linn lors de son premier concert au Jazz, le 2 juillet 2012. (Crédit photo: Marc Young)
Lady Linn lors de son premier concert au Jazz, le 2 juillet 2012. (Crédit photo: Marc Young)

Sourire aux lèvres, yeux rieurs, Lady Linn n’a rien des grandes divas…si ce n’est que la voix. Wow ! Par sa voix tout aussi sucrée que rauque et rock, Lady Linn réussit à s’immiscer dans différents registres. No Goodbye At all, son plus récent album propose un soul aux sonorités très pop, on accroche ! Certains la qualifie comme étant une nouvelle Duffy, une nouvelle Amy Winehouse ! Non pas pour le rythme de vie, loin de là ! Cela dit, les mélodies sont tout aussi croustillantes, sa soul est frivole et bien d’actualité.

Pour vous donner une petite idée, Lady Linn a travaillé aux côtés de Renaud Latang pour No Goodbye At All, apportant ainsi beaucoup de légèreté à son son. Ce producteur artistique avait auparavant collaboré avec des artistes comme Jane Birkin, Feist et Émilie Simon.

Le Huffington Post Québec a rencontré la jeune femme. Parlant d’abord le flamand, la chanteuse a quand même offert l’entrevue dans un excellent français. Découvrez donc Lady Linn en quelques questions.

Q. Heureuse d’être ici cette semaine ?

R. « Oui énormément ! J’aime beaucoup le festival et c’est un honneur d’être ici. C’est un des festivals les plus connus au monde! Donc, j’étais très contente quand j’ai appris que j’allais venir ici. J’ai offert une prestation déjà cette semaine ; le public était très enthousiaste. Pour nous, les musiciens et moi, c’était extraordinaire. »

Q. Votre premier album était plus jazzy, celui-ci (No Goodbye At All) est plus soul. Comment expliquez-vous ce changement musical ?

R. « J’ai juste écrit et tout s’est fait naturellement ! (Rires) Quand j’écris des chansons, je n’écris pas un album… J’écris sur le moment et à la fin, je constate que j’ai mon album ! J’écris toujours, ça n’arrête pas ! J’écrivais même des chansons pour le troisième album en même temps… Ça fait partie de ma vie. J’ai besoin d’écrire. Autrement, le style se développe. L’album est différent du premier. Le premier était plus swing, avec big band et le deuxième est plus soul oui, mais aussi plus pop. »

Q. Quand vous composez vos chansons, y’a-t-il des artistes qui vous inspire ?

R. « Je n’y pense pas quand j’écris ou quand je chante, mais oui des influences s’imprègnent en moi, sûrement dans mon subconscient. J’aime beaucoup Prince, Alicia Keys, Diana Washignon, Anita O’Day, Aretha Franklin, Curtis Mayfield… »

Q. Quand vous écrivez, qu’est-ce qui attire votre attention ?

R. « J’aime beaucoup les contrastes. Quand la musique est énergique, j’aime faire un contraste dans le texte… Ce n’est pas parce que le texte est un peu triste que la musique doit être triste aussi. Dans les années 50, les chansons jazz, c’était un peu comme ça! Un peu ironique, mais aussi romantique et heureux! Ça sonne joyeux, mais ce ne l’est pas ! J’aime ça ! J’ai commencé comme ça et maintenant, ça se développe ! » […] Autrement, quand j’écris, je traite de mes expériences, des gens que je connais, de moi ! Quelque chose de très simple ! »

Q. Comment se dégage votre énergie sur scène ?

« Je suis accompagnée de mes Magnificent Seven et ça c’est super important ! Ils sont très bons, très présents et très énergiques ! Ils sont très importants pour moi ! Ils s’amusent vraiment sur scène. Certains musiciens sont parfois très sérieux! Eux, ils s’amusent ! Ils oublient tout et sont très honnêtes, toujours eux-mêmes ! […] Quelques musiciens sont très marrants sur scène. Il y a toujours des petits quelques choses qui nous font rire. Le public peut rire avec nous. Aussi, on laisse beaucoup place à l’improvisation ! Et musicalement, on s’emporte beaucoup plus ! Donc, des versions plus longues des chansons live. »

Lady Linn And Her Magnificent Seven offre deux prestations, ce jeudi, 5 juillet à 20h et 22h à la scène Rio Tinto Alcan. Son album No Goodbye At All est également disponible sur iTunes.

DES IMAGES DE SON PREMIER CONCERT (DE TROIS) AU JAZZ:

Close
Festival international de jazz de Montréal: 2 juillet 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée