NOUVELLES

JO-2012 - Voile: "Beano" Ainslie, cap sur un 4e titre olympique

04/07/2012 08:34 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT

A trois semaines du début des épreuves de voile des JO, rares sont les coureurs qui peuvent prétendre au statut de super favoris pour une médaille d'or, comme le Britannique Ben Aislie, qui domine insolemment la catégorie des Finn, le roi des solitaires olympiques.

"Beano", son surnom, survole tous ses adversaires sur ce dériveur exigeant, très physique et réservé aux costauds de 90 kg et plus.

Le regarder naviguer est un plaisir, une leçon de voile. Départs excellents, choix tactiques et trajectoires impeccables. Les bouées sont enroulées sans bavure, sans gestes inutiles, bateau à plat. Concentration absolue, aucun signe d'une quelconque nervosité. La classe.

Agé de 35 ans, Ben Ainslie est né le 5 février 1977 à Macclesfield (Angleterre), a déjà goûté aux honneurs olympiques. Médaillé d'argent en Laser (autre dériveur olympique, plus petit que le Finn) à Atlanta (Etats-Unis) en 1996, il a ensuite collectionné les médailles d'or: en Laser à nouveau à Sydney en 2000, puis en Finn à Athènes (2004) et Pékin (2008). Il a aussi remporté 6 titres de champion du monde dans cette série, le dernier en mai à Falmouth (sud-ouest de l'Angleterre).

Elevé au grade de Commander of the Order of the British Empire (CBE) en 2009 pour ses exploits à Pékin, Ainslie rejoindra le Danois Pol Elvstrom (quadruple médaillé d'or) au Panthéon de la voile s'il décroche cette 4e médaille d'or à Weymouth (sud de l'Angleterre), où auront lieu les régates des Jeux.

"Beano" se rapprochera aussi de son héros de toujours, le Britannique Steve Redgrave, quintuple médaillé d'or en aviron.

Ses adversaires le craignent car, sur l'eau, le gentleman sailor se transforme en tueur. De fait, dans une interview à Yachting World en 2011, il disait avoir un faible pour le groupe de rock alternatif américain The Killers... Ca ne s'invente pas.

"Il n'est jamais facile de s'imposer, tempère-t-il modestement. C'est souvent plus serré qu'on le pense et cela demande beaucoup d'entraînement. J'ai encore des progrès à faire dans la brise et la concurrence est grande en Grande-Bretagne même".

Après avoir été brièvement le barreur de Team Origin, le défunt défi britannique pour la Coupe de l'America, Ainslie s'est consolé en remportant le championnat du monde 2010 de match racing. Avant de revenir au Finn.

Pour cela, il lui a fallu reprendre des kilos et passer de 78 à 95 kg, son poids actuel.

Ben Ainslie a, comme tous les gamins de son âge en Angleterre, d'abord joué au cricket, un sport pour lequel il n'était selon lui "pas très bon". Il a découvert la voile à l'âge de 8 ans.

Joueur de golf accompli, il adore les belles voitures (avec une préférence pour les Aston Martin Vantage) et aurait rêvé d'être pilote de Formule 1.

Un objectif pour après les JO?

heg/jfm

PLUS:afp