NOUVELLES

JO-2012 - Haltérophilie: l'ogre chinois veut répliquer Pékin

04/07/2012 10:10 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT

Après leurs huit médailles d'or sur 15 podiums à Pékin en 2008, les haltérophiles chinois seront une nouvelle fois les favoris aux jeux Olympiques de Londres cet été, même si leur domination a été écornée aux Mondiaux 2011, avec une montée en force des Russes.

A Disneyland-Paris, en novembre, les Chinois ont décroché 5 des 13 médailles d'or enjeu, contre 4 pour les Russes.

Si une délégation sera revancharde cet été à Londres, ce sera bien l'équipe bulgare. Les 11 représentants de ce pays féru d'haltérophilie avaient été contraints de se retirer avant même l'ouverture des Jeux de Pékin, en 2008, convaincus d'avoir abusé de stéroïdes anabolisants.

Hormis les performances, c'est en fait souvent le dopage, véritable cancer de l'haltérophilie, qui met trop souvent ce sport au premier plan de l'actualité. Et des cas récents ont encore défrayé la chronique.

En 2011, la Fédération internationale (IWF) a ainsi suspendu pour plusieurs années une dizaine d'haltérophiles, dont le champion olympique chinois des -69 kg, Liao Hui, et trois médaillés des derniers championnats d'Europe.

Quant à l'équipe indienne, elle a également été durement touchée par ce fléau du dopage en 2010, avec six de ses membres suspendus pour au moins quatre ans pour usage de stéroïdes anabolisants.

ol/jfm

PLUS:afp