Grand Corps Malade au Festival d'été de Québec: «Je me suis toujours senti chez moi au Québec»

Publication: Mis à jour:

Grand Corps Malade, le slameur français chouchou des Québécois, se joint à la myriade d'artistes francophones qui participeront au spectacle d'ouverture du Festival d'été de Québec, jeudi. Le thème «Le français d'abord!» se voulant un hommage à la francophonie, qui de mieux que cet amoureux des mots, de la langue française (et du Québec!) pour la chanter haut et fort et de façon inédite?

Car oui, Grand Corps Malade (de son vrai nom Fabien Marsaud) a composé une toute nouvelle chanson spécialement pour l'occasion. «Ta famille est une chanson sur la famille de la langue française et de la francophonie», explique-t-il.

Il avoue qu'avec l'écriture d'une telle chanson venait une certaine responsabilité «C'était une commande pas facile. J'ai fait de mon mieux, je me suis appliqué, j'ai essayé de ne pas dire trop de conneries mais il y avait une certaine pression, oui.»

Sa chanson joue évidemment avec les mots tout en parlant de rêves.

«On n'est jamais très loin du rêve quand on est sur scène devant 50 000 personnes», dit-il. «Quand, en plus, on réunit sur scène une quinzaine de jeunes provenant du monde entier pour chanter mon texte avec moi - avec des voix et des accents différents - c'est touchant.»

Un livre en octobre

Grand Corps Malade aime tellement les mots qu'il en a posés un nombre impressionnant sur papier jusqu'à en faire un livre intitulé «Patient» disponible sur les tablettes en octobre prochain.

«Ce livre est une partie de mon histoire, explique-t-il. Il n'est pas totalement auto-biographique mais il relate l'année qui a suivi mon accident, où je me trouvais dans un centre de rééducation, J'y présente le quotidien d'un centre qui accueille des personnes handicapées très lourdement, ce que j'y ai vu, à travers des portraits, des histoires, des vies qui se croisent et des anecdotes.»

Un livre «sur la gravité d'un sujet qui se veut très drôle», où l'on retrouve beaucoup d'auto-dérision «car il y a beaucoup d'humour dans ces lieux; c'est une manière de survivre.»

Grand Corps Malade et le Québec

L'artiste entretient une relation privilégiée avec les Québécois. «J'ai eu un coup de coeur pour le Québec depuis ma première visite, en 2006 et les Québécois m'ont rapidement adopté», dit-il en souriant.

Lorsqu'on lui demande, en tout bon Québécois que nous sommes, s'il croit le français menacé de son côté de l'Atlantique, il se dit nullement inquiet.

«En France, nous n'avons pas la même vision que vous au sujet de langue française. Vous êtes entourés des anglos-saxons, ils gagnent du terrain et c'est pour cette raison que vous aimez cette langue, peut-être même plus que nous, et que vous la défendez. Chez nous, je ne la sens pas menacée, au contraire, depuis une dizaine d'années, je vois une explosion du slam en France, de la poésie, de l'oralité et de cet amour de la langue française.»

Entre une multitude de concerts en France et au Québec, Grand Corps Malade travaille actuellement à son quatrième album.

Sur le web

Grand Corps Malade: à la gloire des mots | Josée Guimond ...

Cali, Grand Corps Malade, Qualité Motel, Plaster, Kid Koala et plus ...

FEQ 2012 : ça commence demain !

Festival d'été de Québec, Pierre Boileau: le français: une langue si ...

Le Festival d'été en dix points