NOUVELLES

Fête nationale américaine: Obama salue 25 militaires devenus citoyens

04/07/2012 01:05 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT

Barack Obama a salué mercredi, jour de la fête de l'indépendance américaine, 25 militaires originaires de 17 pays qui venaient de devenir citoyens des Etats-Unis, lors d'un cérémonie dans un des salons de la Maison Blanche.

La secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, avait présidé peu avant la cérémonie au cours de laquelle les futurs citoyens américains ont prêté serment d'allégeance au drapeau.

Le président Barack Obama a expliqué depuis la Maison Blanche que cette cérémonie de naturalisation était une occasion idéale pour célébrer la fête nationale du 4 juillet, marquant l'indépendance américaine il y a 236 ans.

"Avec cette cérémonie aujourd'hui et d'autres comme celle-ci partout ailleurs dans le pays, nous affirmons que l'aventure américaine et notre réussite ne seraient tout simplement pas possibles sans les générations d'immigrés qui sont venus ici des quatre coins du globe", a déclaré M. Obama.

"Nous sommes une nation d'immigrés, nous le disons si souvent que quelquefois nous oublions ce que cela signifie", a-t-il poursuivi.

Dans l'après-midi, M. Obama devait recevoir des familles de militaires à la Maison Blanche pour un barbecue, avant d'assister à un concert donné par l'Orchestre symphonique national devant le Capitole, siège du Congrès, puis au traditionnel feu d'artifice de la capitale fédérale Washington.

De nombreux feux d'artifices ont été annulés dans les Etats voisins du Maryland et de la Virginie (est) à cause d'une tempête dévastatrice vendredi dernier, qui a privé d'électricité d'innombrables foyers dans la région comme d'ailleurs dans une grande partie des Etats-Unis également frappée par de fortes turbulences et une vague de chaleur exceptionnelle.

L'immigration est un des grands chevaux de bataille de M. Obama face à son rival républicain Mitt Romney dans sa campagne pour sa réélection lors de l'élection présidentielle du 6 novembre.

M. Obama avait annoncé le 15 juin la fin des expulsions, sur la base de critères précis, de jeunes étudiants immigrés dépourvus de papiers, au ravissement des électeurs hispaniques, formidable réservoir de voix, à alors cinq mois de la présidentielle.

Mitt Romney, qui a pris une semaine de vacances en famille dans sa propriété de Wolfeboro dans le New Hampshire (nord-est), un endroit huppé sur les bords du lac Winnipesaukee, devait quant à lui participer à une parade du 4 juillet dans cette petite ville de la Nouvelle-Angleterre.

"Alors que nous nous réunissons pour partager un repas et admirer les feux d'artifice, prenons un moment pour honorer les patriotes qui ont signé la Déclaration d'indépendance, ainsi que les hommes et femmes courageux qui ont combattu pour protéger nos libertés durant toutes les générations qui ont suivi", a déclaré M. Romney dans un communiqué.

"Avec autant de personnes dans le monde vivant encore sous le joug de la tyrannie, le 4 juillet est une occasion d'apprécier notre liberté et de nous réjouir d'être Américains", a-t-il ajouté.

js/sam

PLUS:afp