Des scientifiques annoncent avoir découvert la «particule de Dieu»

Publication: Mis à jour:

GENÈVE - Les scientifiques du plus grand accélérateur de particules au monde ont annoncé mercredi avoir découvert «le chaînon manquant de la physique», mettant apparemment fin à une quête de plusieurs décennies pour trouver une nouvelle particule élémentaire compatible avec les caractéristiques du boson de Higgs, aussi connu sous le nom de «particule de Dieu».

Cette importante découverte pourrait permettre d'ouvrir un nouveau domaine de la physique et de faire la lumière sur certains mystères de notre univers, notamment sur la formation de la matière. Le nom de «particule de Dieu» réfère au fait que son existence est fondamentale pour expliquer la création de l'Univers.

Le boson de Higgs, d'abord proposé comme une théorie dans les années 1960, a été recherché par au moins deux générations de scientifiques.

Lors de l'annonce de la découverte par deux équipes indépendantes impliquant plus de 5000 chercheurs, mercredi, les couloirs habituellement calmes du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) à Genève, en Suisse, se sont remplis d'applaudissements nourris. Certains chercheurs ont essuyé des larmes, illustrant les décennies de travail qui les ont menés à ce moment capital pour la recherche.

La nouvelle particule semble partager plusieurs des caractéristiques prédites par le physicien écossais Peter Higgs et d'autres scientifiques. Il s'agit de l'un des plus importants accomplissements du CERN depuis sa fondation, en 1954.

Le directeur du CERN, Rolf Heuer, a annoncé que la nouvelle particule sub-atomique était un boson, sans toutefois aller jusqu'à affirmer qu'il s'agit du boson de Higgs comme tel, une distinction extrêmement subtile.

«En tant que profane, je pense que nous l'avons fait», a-t-il dit devant une foule de chercheurs jubilants. «Nous avons une découverte. Nous avons observé une nouvelle particule qui est conforme au boson de Higgs».

Les deux équipes de chercheurs ont confirmé mercredi avoir «observé» un boson. M. Heuer a affirmé que cette découverte était «probablement un boson de Higgs», mais que les chercheurs devaient encore déterminer de quel type de boson de Higgs il s'agit.

Le boson de Higgs, qui était purement théorique jusqu'à maintenant, est considéré comme la clé pour comprendre pourquoi la matière a une masse qui, combinée à la gravité, donne son poids à un objet.

L'idée s'apparente à la gravité et aux premières théories d'Isaac Newton: la gravité existait bien avant que Newton arrive à l'expliquer. Le boson de Higgs existerait lui aussi de la même façon. Les scientifiques peuvent désormais utiliser ces connaissances pour des recherches ultérieures.

«Nous avons franchi une nouvelle étape dans notre compréhension de la nature», a déclaré le directeur du CERN. «La découverte d'une particule dont les caractéristiques sont compatibles avec celles du boson de Higgs ouvre la voie à des études plus poussées, exigeant davantage de statistiques qui établiront les propriétés de la nouvelle particule. Elle devrait par ailleurs lever le voile sur d'autres mystères de notre univers.»

Le physicien Peter Higgs, invité au CERN pour la présentation des résultats des travaux, a affirmé que la découverte semblait être proche de ce qu'il a prédit.

«C'est une chose incroyable que ça se soit produit pendant que je suis encore en vie», a-t-il dit, en qualifiant la découverte d'énorme accomplissement pour l'accélérateur de particules, construit dans un tunnel souterrain long de 27 kilomètres.