NOUVELLES

Des journalistes soudanais manifestent contre la censure

04/07/2012 01:59 EDT | Actualisé 03/09/2012 05:12 EDT

Plus d'une centaine de journalistes ont manifesté mercredi à Khartoum contre la censure et les restrictions touchant les médias, ont indiqué des militants.

Cette manifestation intervient après une série de rassemblements anti-régime inédits, sévèrement réprimés par les autorités ces dernières semaines.

"C'est une mobilisation beaucoup plus importante que lors des rassemblements que nous organisions par le passée" a souligné le journaliste Faisal Mohammed Salih.

Selon lui, outre la centaine de confrères qui ont manifesté devant la Commission soudanaise des droits de l'Homme, d'autres, empêchés par les forces de sécurité soudanaises de rejoindre le cortège, se sont rassemblés en petits groupes à proximité.

Les journalistes ont remis un message écrit à la Commission, "déplorant la censure et le harcèlement incessant des journalistes" a indiqué à l'AFP ce vétéran du métier.

Selon M. Salih, il y a eu des "heurts mineurs" avec les forces de sécurité et deux journalistes ont été arrêtés puis rapidement relâchés.

Samedi, le porte-parle de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton avait exprimé son inquiétude concernant "l'intensification de la censure et des restrictions pesant sur les médias et l'opposition politique au Soudan", déplorant l'arrestation de journalistes et militants politiques.

Le 29 juin, des agents des Services des renseignements soudanais ont perquisitionné le bureau de l'AFP à Khartoum et arrêté un photographe de l'agence qui avait pris des photos de manifestations anti-régime, avant de le relâcher 24 heure plus tard.

Un correspondant britannique de l'AFP avait déjà été emprisonné pendant plus de 12 heures il y a deux semaines, et une journaliste de l'agence Bloomberg, Salma El Wardany, a été expulsée du Soudan peu après, en raison de sa couverture d'une manifestation estudiantine.

Avant même le début mi-juin du mouvement de contestation contre la hausse des prix, journalistes et défenseurs de la liberté de la presse déploraient les assauts du gouvernement contre toute expression critique, qui se sont amplifiés au cours de l'année passée. Des journalistes ont été privés de publication, des éditions complètes de journaux confisquées après impression, ou certains médias suspendus sur ordre des autorités.

it/cnp/hj

PLUS:afp