NOUVELLES

Vote d'allégeance syndicale dans la construction: dépouillement terminé

03/07/2012 02:17 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le dépouillement du vote de changement d'allégeance syndicale dans la construction est bel et bien terminé, depuis vendredi soir dernier, mais les résultats ne seront annoncés que d'ici la fin de la semaine.

La Commission de la construction a confirmé, mardi, que le dépouillement des votes avait pris fin et qu'elle s'affairait encore à cumuler toutes les données d'intérêt avant de dévoiler les résultats préliminaires.

Les votes de changement d'allégeance n'ont maintenant lieu qu'une fois aux quatre ans, en vertu de la nouvelle loi, qui a entre autres aboli le placement syndical dans la construction.

Les ouvriers qui n'exercent pas leur droit de vote sont présumés vouloir conserver la même allégeance syndicale.

Environ 24 000 ouvriers de la construction se sont ainsi prévalus de leur droit de vote lors de ce scrutin syndical, sur un nombre de votants potentiels de 115 765.

Il y a, en fait, 173 580 ouvriers qui pouvaient changer d'allégeance syndicale, mais pour que leur vote compte afin de calculer la représentativité des syndicats, les ouvriers devaient avoir cumulé un nombre suffisant d'heures de travail.

Le porte-parole de la Commission de la construction, Louis-Pascal Cyr, a assuré, mardi, que le dépouillement s'est déroulé sans anicroche. «On n'a pas de problèmes à signaler pour le déroulement du dépouillement», a-t-il affirmé.

C'est l'ancien Directeur général des élections du Québec, Marcel Blanchet, qui a présidé au scrutin syndical.

Fait à noter, les cinq organisations syndicales de la construction se sont abstenues de déléguer des observateurs lors du dépouillement du vote, alors qu'elles y avaient droit, afin de ne pas franchir les piquets de grève dressés par les employés de la CCQ. Ceux-ci sont en grève depuis un mois.

La représentativité des cinq organisations syndicales détermine leur poids relatif au moment de négocier les conventions collectives face aux associations d'entrepreneurs. Ces conventions collectives viennent d'ailleurs à échéance le 30 avril prochain.

Lors du dernier scrutin, en 2009 — les votes avaient alors lieu aux trois ans — la FTQ-Construction représentait 42,9 pour cent des ouvriers, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International) 26,1 pour cent, la CSD-Construction 14,1 pour cent, la CSN-Construction 10,6 pour cent et le Syndicat québécois de la construction 6,3 pour cent.

À titre de comparaison, lors du scrutin de 2009, environ 12 000 ouvriers s'étaient prévalus de leur droit de vote, comparativement à 24 000 cette fois-ci. À l'époque cependant, pour changer d'allégeance syndicale, un ouvrier devait se déplacer dans un bureau de vote supervisé par la Commission de la construction. Cette fois-ci, le vote avait lieu par la poste et se déroulait du 4 au 25 juin.

Après le dévoilement des résultats préliminaires du scrutin, à la fin de la semaine, il y aura une période de contestation de 30 jours.

PLUS:pc