NOUVELLES

Soudans: un demi-million de personnes victimes de discrimination (ONU)

03/07/2012 03:26 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

Un demi-million de personnes vivant au Soudan et originaires du Soudan du Sud sont victimes de discrimination en raison des tensions entre les deux pays, a averti mardi la Haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Navi Pillay.

Khartoum soutient que les personnes vivant au Soudan et originaires du Soudan du Sud n'ont pas droit à la nationalité soudanaise, tandis que le Soudan du Sud refuse de leur accorder la citoyenneté sud-soudanaise. Cette controverse est une des nombreuses séquelles laissées par l'indépendance du Soudan du Sud, il y a un an.

"Mes services ont reçu des informations faisant état de discrimination envers près de 500.000 personnes d'origine sud-soudanaise vivant au Soudan", a indiqué Mme Pillay au Conseil de sécurité de l'ONU, selon le texte de son intervention obtenu par l'AFP.

"Il y a un risque de créer toute une population d'apatrides si les deux pays ne changent pas de position sur l'octroi de la nationalité", a-t-elle ajouté.

Elle a demandé aux deux pays de "ne pas exclure de gens sur la base de leur ethnie, de leur religion ou d'autres considérations".

Rappelant la répression récente de manifestations au Soudan contre la hausse des prix, la Haut-commissaire a également déploré que les "forces de sécurité soudanaises aient utilisé des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et d'autres méthodes musclées contre des manifestants pacifiques".

De même, au Soudan du Sud, "l'impunité reste largement en vigueur pour les membres des forces de sécurité", a noté Mme Pillay, ajoutant: "la liberté d'expression et d'association doit être renforcée". Elle a aussi critiqué les "conditions inhumaines de détention" dans les prisons du pays, indiquant que la mission de l'ONU au Soudan du Sud avait signalé "un nombre croissant de décès de personnes en détention avant jugement, en raison de maladies ou de malnutrition".

tw/avz/sam

PLUS:afp