NOUVELLES

Sénégal: le fils et ex-ministre de l'ex-président Wade entendu par la gendarmerie

03/07/2012 07:52 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

Karim Wade, fils et ancien ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, se trouvait mardi dans une gendarmerie de Dakar pour une audition sur sa gestion, dans le cadre des audits lancés par le nouveau chef de l'Etat Macky Sall, a-t-on appris de sources concordantes.

Karim Wade était mardi matin dans les locaux de la section Recherches de la gendarmerie de Colobane, un quartier populaire de Dakar, a indiqué à l'AFP un membre de son entourage.

L'ancien ministre Wade est "effectivement convoqué aujourd'hui (mardi)" par la gendarmerie, a indiqué une source proche de l'enquête, sans préciser l'objet de l'audition.

Karim Wade, qui avait été très critiqué pour sa "mauvaise" gestion des deniers publics, a été convoqué dans le cadre des audits lancés par le président Sall, ayant battu en mars son ancien mentor Abdoulaye Wade qui était au pouvoir depuis douze ans, selon plusieurs médias sénégalais.

Cet ancien ministre de son père avait occupé le ministère de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Energie, un département en charge d'importants budgets et aux multiples tentacules qui avaient valu à Karim Wade d'être surnommé par certains au Sénégal "super ministre" ou "ministre du ciel et de la terre".

Ex-conseiller de son père, il avait également occupé plusieurs fonctions dont celle de responsable de l'Agence nationale de l'Organisation de la conférence islamique (Anoci), chargée de grands travaux dont la construction d'hôtels, de routes et échangeurs, pour le sommet organisé de l'OCI en mars 2008 à Dakar.

Fin mai, l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade s'était dit prêt à des "audits" sur sa gestion et celle de sa famille. Sa fille Syndiely, ex-conseillère à la présidence, a été notamment chargée de l'organisation du "coûteux" troisième Festival mondial des arts nègres en 2010.

Plusieurs personnalités de l'ex-régime dont le président du Sénat, Pape Diop, et l'ancien ministre de l'Intérieur, Ousmane Ngom, ont été récemmment auditionnées par la gendarmerie ou la justice sur leur gestion passée et leur patrimoine.

Au moins trois anciens responsables de sociétés publiques sont actuellement détenus dans le cadre de ces enquêtes déclenchées par les nouvelles autorités sénégalaises.

mrb/cs/jlb

PLUS:afp