NOUVELLES

Murray, Ferrer et Mayer atteignent les quarts à Wimbledon malgré la pluie

03/07/2012 10:45 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

WIMBLEDON, Royaume-Uni - Les attentes envers le favori local Andy Murray sont devenues encore plus grandes après l'élimination surprise de Rafael Nadal, à Wimbledon, mais l'Écossais semble très bien composer avec cette pression.

Murray a atteint les quarts de finale en battant Marin Cilic 7-5, 6-2 et 6-3, mardi, ne semblant pas trop préoccupé par les espoirs de la foule après que Nadal ait été sorti du tournoi par le peu connu Lukas Rosol, la semaine dernière.

Les spectateurs lui ont donné une ovation debout après son gain contre Cilic, récemment grand vainqueur du Queen's Club, un tournoi préparatoire à Wimbledon.

Murray est maintenant à deux victoires de devenir le premier Britannique à atteindre la finale au All England Club depuis Bunny Austin, en 1938. Fred Perry, en 1936, est le dernier représentant du pays à avoir triomphé à Wimbledon.

«Au fil des années j'ai déjà pensé à ce que ce serait de remporter Wimbledon, mais en ce moment ce n'est pas dans mes pensées», a confié Murray, qui se retrouve dans le huit d'élite pour la cinquième fois de suite à Wimbledon. À chacune des trois dernières éditions du tournoi, il s'est incliné en demi-finales.

Murray affrontera en quarts de finale David Ferrer, qui a gagné 6-3, 6-2 et 6-3 contre Juan Martin del Potro.

L'Allemand Florian Mayer a défait Richard Gasquet 6-3, 6-1, 3-6, 6-2; cela lui vaut un match contre le favori Novak Djokovic, qui a éliminé son compatriote serbe Viktor Troicki lundi.

Pour la première fois depuis 1997, il y aura deux Allemands en quarts de finale, car Philipp Kohlschreiber a battu Brian Baker 6-1, 7-6 (4) et 6-3, mettant fin au remarquable parcours anglais de l'Américain.

Kohlschreiber trouvera sur sa route le Français Jo-Wilfried Tsonga, qui a battu Mardy Fish 4-6, 7-6 (4), 6-4, 6-4. L'autre quart de finale opposera Roger Federer à Mikhail Youzhny.

Mardi, Murray n'a pas eu à lutter aussi durement qu'au troisième tour, alors que son match contre Marcos Baghdatis s'est terminé à 23h02, samedi soir. Son plus grand défi contre Cilic a été de garder sa concentration lors des interruptions à cause de la pluie. Il a réussi 16 as et a remporté 71 pour cent des points disputés sur son deuxième service, qui est des plus précis.

«Dans un match, ça arrive que vous prenez un élan et vous bâtissez une avance, et là le jeu s'arrête, et quand vous reprenez vous avez l'impression de tout recommencer, a dit Murray. Il y a eu trois ou quatre interruptions. Ce n'est pas facile.»

C'est habituellement sur terre battue que Ferrer brille le plus, mais son gain convaincant face à Del Potro laisse croire qu'il est de plus en plus à l'aise sur gazon. Le seul Espagnol encore au tableau du simple n'a commis que huit fautes directes et n'a pas subi de bris.

Ferrer a vaincu Murray en quatre sets lors des quarts de finale de Roland-Garros, le mois dernier.

«Andy est très difficile à battre peu importe la surface, mais encore plus sur gazon, a dit Ferrer, tombeur d'Andy Roddick au tour précédent. Je devrai être en possession de tous mes moyens pour le battre.»

Baker n'a pas réussi un seul bris contre Kohlschreiber. Lui qui était 458e en début d'année, il peut tout de même se targuer d'une percée dans le top 100 de l'ATP.

«J'ai connu une séquence incroyable, dit Baker, qui devrait être environ 80e au nouveau classement. Je ne peux pas trop me plaindre.»

PLUS:pc