NOUVELLES

Mali: des islamistes libèrent 25 rebelles touareg à Gao (porte-parole)

03/07/2012 07:00 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

Les islamistes qui ont pris la semaine dernière le contrôle de la ville de Gao dans le nord-est du Mali à l'issue de violents combats avec les rebelles touareg en ont libéré 25 en signe de bonne volonté, a affirmé à l'AFP un de leurs porte-parole.

"Nous avons libéré 25 prisonniers ennemis des dernières batailles, il y avait des blessés" parmi eux, a déclaré Abou Walid Sahraoui, porte-parole du groupe armé islamiste le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). "C'est pour montrer que nous sommes pour la paix", a-t-il ajouté.

Il a précisé que ces libérations avaient été faites à la demande d'Iyad Ag Ghaly, chef d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), autre groupe armé islamiste présent dans le nord du Mali, en particulier à Tombouctou.

Le Mujao et Ansar Dine sont alliés entre eux, ainsi qu'avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le 27 juin, des violents combats, ayant fait au moins 35 morts, ont opposé les islamistes du Mujao aux rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui ont été contraints d'abandonner la ville.

Le MNLA a été évincé par les divers groupes islamistes de toutes les grandes agglomérations du nord du Mali, Gao, Kidal et Tombouctou.

Le porte-parole islamiste a par ailleurs confirmé que des mines avaient été récemment posées autour de la ville pour prévenir une éventuelle contre-attaque du MNLA ou une intervention de forces de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), à l'étude.

"Oui, nous avons posé des engins militaires qui défendent la ville d'attaques. Notre ennemi, c'est aussi tous les pays qui vont envoyer des combattants ici", a déclaré Abou Walid Sahraoui.

A Tombouctou, où les islamistes d'Ansar Dine ont détruit ces trois derniers jours des sites religieux musulmans - mausolées de saints et porte sacrée d'une mosquée du XVème siècle - provoquant l'indignation au Mali et à l'étranger, la situation était calme mardi matin, selon des témoins interrogés par l'AFP.

Les destructions de mausolées ou de mosquées n'avaient pas repris. Les membres d'Ansar Dine sont passés sur des marchés pour demander aux commerçants de ne pas augmenter les prix des denrées de base.

str-sd-stb/cs/jlb

PLUS:afp