NOUVELLES

Le pétrole ouvre en forte hausse, attentif au détroit d'Ormuz

03/07/2012 09:45 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse mardi à New York, soutenus par les menaces de l'Iran de fermer le détroit d'Ormuz en représailles à l'entrée en vigueur de l'embargo européen.

Vers 13H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août montait de 3,34 dollars à 87,09 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"La température géopolitique est en train de monter au Moyen-Orient", a résumé Bart Melek, de TD Securities.

Les tensions entre l'Iran et les Occidentaux ont en effet été ravivées par l'entrée en vigueur dimanche de l'embargo européen sur le pétrole produit par la République islamique, une mesure qui s'inscrit dans les efforts internationaux contre le programme nucléaire de Téhéran.

Quelque 100 députés du Parlement iranien ont ainsi signé lundi une proposition de loi visant à interdire le passage du détroit d'Ormuz aux pétroliers se rendant vers les pays de l'Union européenne (UE).

"Bien que la probabilité de voir une telle loi adoptée, et respectée, est basse, c'est toujours suffisant pour influencer le marché ce matin", a noté Eric Bickel, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

Environ 35% du trafic maritime pétrolier mondial, notamment en provenance des pays du Golfe, transite par ce détroit stratégique.

Cependant, Téhéran avait déjà menacé au début de l'année de fermer le détroit d'Ormuz, en réponse au durcissement des sanctions internationales contre le pays, soupçonné par les Occidentaux de développer un programme nucléaire à visée militaire.

"Il n'y a pas que ça qui bouge le pétrole aujourd'hui", a toutefois fait remarquer M. Melek: les opérateurs sont également encouragés par "les spéculations toujours plus fortes de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire de la banque centrale (américaine)".

Ces spéculations sont alimentées par l'imminencece d'une réunion de la BCE. La Banque centrale européenne (BCE) tient une réunion de politique monétaire jeudi, à l'issue de laquelle elle pourrait décider de baisser son principal taux directeur mais aussi prendre de nouvelles mesures de soutien à l'économie.

sab/sl/eg

PLUS:afp