NOUVELLES

La procureur de la CPI appelle le Nigeria à enquêter sur les "crimes" de Boko Haram

03/07/2012 03:16 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

La procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a appelé le Nigeria à enquêter sur les "crimes" du groupe islamiste Boko Haram, responsable d'une vague de violences meurtrières dans le pays.

"Des crimes sont perpétrés", a déclaré à la presse Mme Bensouda. "Ils peuvent peut-être être appelés des attaques terroristes, mais ils pourraient également être qualifiés de crimes contre l'humanité", a-t-elle estimé, à l'issue de sa première visite au Nigeria.

"L'intention (de la CPI) n'est pas d'intervenir, mais de s'assurer que le Nigeria a le premier la responsabilité d'enquêter" sur ces violences, a-t-elle expliqué, après avoir rencontré le président Goodluck Jonathan.

Depuis 2009, Boko Haram multiplie, essentiellement dans le nord du pays, les attentats, attaques et coups de mains contre les membres des forces de sécurité, les responsables gouvernementaux et les lieux de culte chrétiens.

Ces violences ont fait plus d'un millier de morts , et se sont encore accentuées ces derniers mois.

En janvier, le président Jonathan avait encouragé Boko Haram à venir négocier avec les autorités. Dans ses entretiens avec la procureur de la CPI, le chef de l'Etat a assuré que le gouvernement n'entendait pas encourager l'impunité pour les crimes les plus graves, selon un communiqué de la présidence.

Le bureau du procureur de la CPI avait ouvert un examen préliminaire sur la situation au Nigeria en 2004.

La CPI suit depuis lors les violences inter-communautaires dans le centre du Nigeria, zone qui marque la limite entre le sud chrétien et le nord majoritairement musulman.

En avril dernier, le bureau du procureur avait indiqué "suivre de près" la situation au Nigeria, après une nouvelle vague de violences communautaires à la suite de l'élection présidentielle qui avait vu la victoire du président sortant Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud, sur le candidat musulman du Nord Muhammadu Buhari.

ola-ade/bs/hba/sd

PLUS:afp