Huffpost Canada Quebec qc

Obama en bus chez la classe moyenne blanche, avec un nouveau slogan

Publication: Mis à jour:
OBAMA
Getty

Barack Obama va effectuer cette semaine une tournée en bus dans deux Etats-clé pour sa réélection, fiefs de la classe moyenne blanche qu'il avait peiné à séduire il y a quatre ans, et sera armé du nouveau slogan "Parier sur les Etats-Unis", a annoncé mardi son équipe.

Le président des Etats-Unis, candidat à un nouveau mandat de quatre ans le 6 novembre, va aller jeudi et vendredi à la rencontre des électeurs dans l'Ohio (nord) et la Pennsylvanie (est) voisine, a précisé son comité de campagne dans un communiqué.

Lors d'étapes dans de petites villes, "il parlera de ses efforts ces trois dernières années pour remettre notre économie sur les rails (...) sauver le secteur automobile, investir dans la production manufacturière et rapatrier des emplois aux Etats-Unis", selon la même source.

A cette occasion, M. Obama va inaugurer un nouveau slogan, "Parier sur les Etats-Unis". Le président démocrate sortant et son adversaire républicain Mitt Romney - dont le slogan est "Croire aux Etats-Unis" - se disputent les votes de la classe moyenne, un électorat durement touché par la crise de 2008.

Alors que M. Romney, un ancien investisseur multimillionnaire et ex-gouverneur du Massachusetts (nord-est), accuse le président sortant de ne pas avoir tenu ses promesses de baisse du chômage, l'équipe démocrate a affirmé mardi que "la vision du président contraste fortement avec Mitt Romney, qui (...) soutient les mêmes politiques que celles qui ont fait plonger notre économie et dévasté la classe moyenne".

L'Ohio et la Pennsylvanie figurent parmi les principaux Etats qui pourraient s'avérer décisifs le jour de l'élection, car ils sont plus peuplés que la moyenne et ont dans le passé penché côté démocrate aussi bien que républicain.

M. Obama courtise assidument la classe moyenne blanche, un électorat qui lui avait fait défaut en 2008: alors que les Blancs représentaient 74% du corps électoral, seuls 43% d'entre eux avaient préféré M. Obama à son concurrent républicain de l'époque, John McCain. M. Obama avait en revanche bénéficié d'une mobilisation sans précédent des minorités.

tq/eg