NOUVELLES

Algérie: report du procès d'un complice d'enlèvements d'étrangers

03/07/2012 06:55 EDT | Actualisé 02/09/2012 05:12 EDT

Le procès d'un complice de l'enlèvement de 32 touristes européens dans le Sahara algérien en 2003 a été reporté mardi par le tribunal d'Alger en raison de l'absence de la défense, a constaté un journaliste de l'AFP.

Kamel Djermane, bras droit d'Amari Saïfi, l'ancien numéro deux du Groupe Salafiste pour la prédication et le combat (GSPC devenu Al-Qaida au Maghreb islamique - Aqmi - en 2006.), a comparu mardi pour "appartenance à un groupe terroriste armé, commerce d'armes et enlèvements d'étrangers".

Mais la juge Meriem Djebbari a décidé de reporter le procès au mois de septembre après les vacances judiciaires.

"Le report du procès était prévisible et notre absence était volontaire. Nous réclamons la comparution de l'instigateur des enlèvements, Abderrezak le para", a déclaré à l'AFP l'avocat de Kamel Djermane, Me Amine Sidhoum.

Les autorités algériennes avait en effet identifié Amir Saïfi, dit Abderrezak le Para, comme le principal instigateur de ces enlèvements.

Amir Saïfi est emprisonné en Algérie depuis 2004 où il attend son jugement, le procès ayant été reporté à plusieurs reprises également en raison de son absence.

Kamel Djermane, dit Billel Abou Abdeldjalil, avait été remis le 14 juillet 2004 aux autorités algériennes par la Libye après son arrestation la même année par des rebelles tchadiens qui l'avaient livré à Tripoli.

Djermane a participé aux enlèvements et assisté à la libération des 14 derniers otages en août 2003 dans le nord du Mali contre 5 millions d'euros de rançon qu'Amir Saïfi avait utilisée pour l'achat d'armes, selon l'accusation.

Un premier groupe de 17 otages avait été libéré en mai 2003 lors d'une opération de l'armée algérienne. L'un des otages avait péri en captivité.

ad-abh/vv/hj/jld

PLUS:afp