NOUVELLES

Tour de France - Orica-GreenEdge, l'autre étendard du cyclisme australien

02/07/2012 12:33 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

Le plus célèbre cycliste australien est sans aucun doute le vainqueur du dernier Tour de France, Cadel Evans, mais les supporters des Antipodes ont cette année les yeux également tournés vers leur "équipe nationale", la formation Orica-GreenEdge.

Les étapes dites de "transition" des jours à venir seront un terrain idéal pour plusieurs de ses coureurs, comme Matthew Goss, troisième lundi à Tournai, et Simon Gerrans.

Si la formation porte un nom classique avec un sponsor, le fabricant australien de produits chimiques Orica, et l'appellation GreenEdge (mélange de l'adjectif "green" en référence à la couleur nationale verte et de l'expression "to secure the edge over rivals" signifiant "dominer des rivaux"), elle s'apparente clairement à une sélection australienne.

Exception faite d'Evans (BMC) et de rares individualités (Renshaw, Porte, Rogers surtout), les meilleurs coureurs du pays en font partie. Cinq d'entre eux sont présents sur le Tour cette année.

"Je n'aurais jamais cru que ça pourrait arriver. C'était déjà un rêve d'être professionnel en Europe. Là, on représente notre pays, on est le reflet de l'Australie avec notre personnalité particulière", sourit Stuart O'Grady, le doyen (38 ans), ancien maillot jaune du Tour (en 1998 et 2001) et vainqueur de Paris-Roubaix (2007).

Le projet remonte à 2010. Sa concrétisation, avec un budget final estimé entre 10 et 12 millions de dollars australiens (8 à 10 M EUR), est tombée à point nommé, dans la foulée de la première victoire australienne dans la plus prestigieuse des compétitions cyclistes.

"Depuis que Cadel a gagné, le vélo c'est de la folie là-bas !", sourit O'Grady.

Avant Evans, il y avait eu d'autres pionniers: Don Kirkham et Iddo "Snowy" Munro, premiers +Aussies+ à courir la Grande Boucle en 1914, Phil Anderson, premier maillot jaune (un jour en 1981) et premier vainqueur d'étape (1982), Robbie McEwen, premier vainqueur du maillot vert (2002).

Passés dans les plus grandes équipes européennes et aujourd'hui réunis sous la bannière GreenEdge, les expérimentés Baden Cooke, Stuart O'Grady, Brett Lancaster et Simon Gerrans, ainsi que le jeune talent Matt Goss sont leurs successeurs.

Souvent issus du cyclisme sur piste, ils incarnent un type de coureur particulier au cyclisme australien, rapide et puissant, à l'aise au sprint mais aussi capable de franchir des bosses.

"Beaucoup de ces coureurs de la même génération sont passés entre les mains de Shayne Bannan (ancien directeur du haut niveau de la Fédération australienne et actuel manager de l'équipe, ndlr) et ils souhaitaient travailler ensemble", raconte Lionel Marie, directeur sportif français de la formation.

"Ils ont une fierté nationale et une responsabilité parce que le sport en Australie est plus inscrit dans la culture qu'en Europe. Ils savent qu'ils sont sous le regard de leurs compatriotes", ajoute-t-il.

Une chaîne de télévision très suivie sur YouTube permet aux Australiens de suivre les performances de leurs ambassadeurs tout au long de l'année, engagés sur le circuit mondial (WorldTour).

Cet été, tous rêvent de voir Matt Goss arriver sur les Champs-Elysées avec sur les épaules le maillot vert du vainqueur du classement par points, comme un clin d'oeil à leur couleur nationale.

sva/bvo

PLUS:afp