NOUVELLES

Sénégal/législatives: large victoire en vue du camp présidentiel, faible participation

02/07/2012 06:28 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

La coalition présidentielle s'acheminait lundi vers une large victoire aux législatives de dimanche au Sénégal, marquées par une faible participation, en baisse par rapport à la présidentielle de mars remportée par Macky Sall face à Abdoulaye Wade, a appris lundi l'AFP de sources concordantes.

Les premiers résultats officiels provisoires sont attendus mardi, mais les chiffres compilés à Dakar et en province par les médias locaux, dont l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique), plaçaient en tête la coalition présidentielle "Benno bokk yaakkar" ("Unis pour un même espoir", en langue wolof).

Elle obtiendrait au moins 100 députés sur 150, selon ces premiers résultats officieux.

La coalition présidentielle est suivie du Parti démocratique sénégalais (PDS) d'Abdoulaye Wade, qui n'était pas candidat, et de la coalition "Bokk gis gis" ("Vision commune", en wolof), coalition de dissidents du PDS dont le président du Sénat, Pape Diop, et celui de l'Assemblée nationale, Mamadou Seck.

Ce scrutin législatif a suscité un faible engouement auprès des 5,3 millions d'électeurs inscrits.

Le taux de participation "avoisinait les 37% d'après des calculs faits après la fermeture des bureaux de vote portant sur 20% des bulletins de vote dépouillés à l'échelle nationale", a indiqué à l'AFP une source proche du ministère de l'Intérieur et de la Commission électorale nationale autonome (Cena).

Ce taux, s'il devait être confirmé, serait nettement en baisse par rapport au second tour de la présidentielle du 25 mars (55%) mais légèrement plus élevé que celui des dernères législatives de 2007 (34,7%), boycottées par l'opposition pour exiger des réformes électorales.

Ces législatives étaient destinées à renouveler l'Assemblée nationale sortante, largement dominée par le PDS.

Elles avaient lieu trois mois après la victoire écrasante (65% des voix) à la présidentielle de Macky Sall face à Abdoulaye Wade qui était au pouvoir depuis douze ans.

mrb/stb/Aub

PLUS:afp