NOUVELLES

Rétablir la stabilité en Europe est "urgent" (président Banque mondiale)

02/07/2012 02:45 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

Jim Yong Kim, le nouveau président de la Banque mondiale qui a pris ses fonctions lundi, a appelé l'Europe à prendre "d'urgence" des mesures pour restaurer la stabilité économique afin d'éviter des répercussions sur les pays en développement.

"Il est urgent que les pays européens prennent les mesures nécessaires pour rétablir la stabilité parce que leurs actions auront un impact sur la croissance dans l'ensemble des régions du monde", a indiqué dans un communiqué le nouveau dirigeant, qui avait été nommé à la mi-avril à ce poste.

Lors d'une rencontre avec des journalistes à Washington, M. Kim a ajouté que la Banque mondiale "surveillait de très près la situation" en Europe, frappée de plein fouet par la crise des dettes souveraines.

"La mission première de la Banque mondiale dans cette crise est de faire en sorte que les pays à faible et moyen revenus soient protégés", a-t-il ajouté, se référant notamment à l'accès à l'éducation et à la sécurité alimentaire.

Jeudi, Oxfam avait appelé M. Kim à prendre des mesures d'urgences face à la "grave menace" que la crise de l'euro ferait peser sur les pays pauvres.

En 2011, seuls trois des quinze plus gros donateurs européens au sein de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) ont augmenté leur aide publique au développement.

Les coupes les plus drastiques ont été recensées par l'OCDE en Grèce (-39,3%), en Espagne (-32,7%), en Autriche (-14.3%) et en Belgique (-13,3%).

Lors de cette conférence de presse, M. Kim a par ailleurs estimé que la décision prise vendredi par son prédécesseur Robert Zoellick d'annuler un prêt de 1,2 milliard de dollars accordé au Bangladesh était "appropriée".

"Nous sommes extrêmement préoccupés par les conditions de vie des plus pauvres au Bangladesh mais je dois souligner que la Banque (mondiale, ndlr) ne tolère pas la corruption", a-t-il détaillé.

La Banque mondiale a annulé ce prêt destiné à la construction d'un pont au Bangladesh après avoir fait état de "preuves crédibles" de corruption au sein du gouvernement bangladeshi.

jt/bdx

PLUS:afp