NOUVELLES

Matchs truqués: le président de Fenerbahçe condamné mais remis en liberté (agence)

02/07/2012 07:45 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

Un tribunal stambouliote a condamné lundi le président du club de football de Fenerbahçe (1re div.), Aziz Yildirim, à six ans et trois mois de prison pour son implication dans un vaste scandale de matchs truqués mais a ordonné sa libération, a rapporté lundi l'agence Anatolie.

Aziz Yildirim, jugé avec 92 autres suspects, a été condamné à deux ans et six mois de prison pour direction d'une organisation criminelle, à trois ans et neuf mois de prison pour son rôle dans des truquages de matches et à une amende de 1,3 million de livres turques (575.OOO euros), selon l'agence de presse.

La cour a également condamné plusieurs autres prévenus à des peines allant jusqu'à trois ans de prison.

Mais elle a ordonné la libération des quatre derniers protagonistes encore en détention provisoire, dont Aziz Yildirim, "au vu du temps déjà passé en détention préventive", a indiqué le procès-verbal du jugement, cité par Anatolie.

M. Yildirim, 59 ans, qui a passé un an en détention provisoire, était poursuivi dans le cadre d'une enquête lancée au printemps 2011 et portant sur des matchs truqués en 1re et 2e divisions durant la saison 2010-2011, ainsi que sur diverses malversations.

Ce scandale sans précédent en Turquie a bouleversé le monde du football turc. Fenerbahçe a été exclu par la Fédération turque de football (TFF) de l'édition 2011-2012 de la Ligue des champions et Besiktas Istanbul a rendu sa Coupe de Turquie remportée en 2011.

Mais les autorités sportives ont opté pour l'apaisement au cours des derniers mois. La TFF a annoncé en mai qu'elle innocentait les 16 clubs soupçonnés, se contentant de sanctionner huit cadres de clubs et deux joueurs à des peines d'un à trois ans de privation de leurs droits.

Et en juin, l'UEFA a autorisé Fenerbahçe à participer à la prochaine édition de la Ligue des champions, selon le club.

Le verdict lundi a été accueilli par des manifestations de joie de centaines de supporteurs de Fenerbahçe massés devant le tribunal.

"On est avec toi jusqu'au bout", ont scandé les supporteurs, qui ont aussi afflué à la prison de Metris pour accueillir M. Yildirim après la levée d'écrou.

Le doute subsistait cependant sur un retour aux affaires du magnat du BTP, à la tête de Fenerbahçe depuis 1998 et réélu à la présidence en mai en dépit des poursuites.

"Il est aux commandes (...) Qu'il vienne et il s'asseoira à la présidence", a déclaré Yüksel Günay, président du conseil de direction de Fenerbahçe, cité par Anatolie.

Le droit turc prévoit pourtant qu'Aziz Yildirim soit interdit de toute fonction dans un club ou une fédération sportive pendant toute la durée de la peine prononcée, selon l'agence.

Lors de l'audience, Yildirim a accusé la TFF de "chercher à nettoyer toutes les saletés lors des matchs en les mettant sur le dos de Fenerbahçe".

"Même sur la potence, mon dernier mot sera Fenerbahçe", a-t-il clamé, cité par Anatolie.

nc/jfm

PLUS:afp