NOUVELLES

La Guinée pour une intervention militaire africaine au Mali contre Aqmi

02/07/2012 03:16 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

Le président guinéen Alpha Condé s'est prononcé lundi lors d'une visite à Paris pour "une solution militaire", menée par "des troupes africaines", pour combattre au Mali les islamistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Tout le monde est inquiet de ce qui se passe au Mali", a déclaré M. Condé à la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue français François Hollande. "Il faut lutter militairement contre Al-Qaïda et les autres qui sont en train de détruire ce qui fait la gloire de l'Afrique", a-t-il ajouté à propos de la destruction par des islamistes de sites religieux de Tombouctou classés au patrimoine mondial de l'Unesco.

"Il est évident que la solution avec le mouvement islamiste n'est pas la négociation mais une solution militaire", a-t-il affirmé espérant "rapidement une résolution du conseil de sécurité" de l'ONU dans ce sens.

"C'est toute l'Afrique qui doit intervenir au Mali, c'est pas seulement la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest), c'est des troupes africaines qui doivent intervenir parce que la présence de ce mouvement est non seulement dangereuse pour l'Afrique mais pour le monde entier, donc nous devons passer à l'action", a-t-il expliqué.

Lors de leur entretien, "les présidents français et guinéen ont rappelé les principes fondamentaux de résolution de la crise au Mali : feuille de route pour le gouvernement de transition ; retour de l'armée dans les casernes et réforme de celle-ci ; intégrité territoriale et lutte nécessaire de la part du Mali et de tous les Etats de la région contre le terrorisme", a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

"Tous deux ont exprimé leur soutien aux efforts engagés pour résoudre cette crise par les organisations régionales et internationales : Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest, Union africaine et Conseil de sécurité des Nations unies", poursuit la présidence française.

Les islamistes qui contrôlent le nord du Mali ont poursuivi lundi la destruction de bâtiments religieux musulmans à Tombouctou et posé des mines autour de la ville de Gao pour se protéger d'éventuelles attaques de rivaux touareg ou de soldats d'une force ouest-africaine.

swi/mad/far/jlb

PLUS:afp