NOUVELLES

Homs toujours pilonnée, des "blessés amputés" (militants)

02/07/2012 03:50 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

L'armée syrienne a poursuivi lundi le bombardement des quartiers rebelles de la ville syrienne de Homs (centre), où des médecins se voient forcés d'amputer des blessés en raison du manque d'aide médicale, selon des militants.

Le pilonnage visait notamment les quartiers de Khaldiyé et de Jourat al-Chayah que les forces régulières tentent de reprendre, selon ces militants et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Beaucoup de quartiers de Homs sont toujours assiégés et c'est très difficile pour nous de faire rentrer de la nourriture et des médicaments", a affirmé à l'AFP Khaled al-Tellawy, un militant de Homs contacté via Skype.

"Les médecins dans les hôpitaux de campagne sont en train d'amputer les blessés car ils n'ont pas le matériel nécessaire pour les soigner et les blessés ne peuvent pas être non plus évacués", ajoute-t-il.

"Les gens ne peuvent pas sortir, les bombardements ne s'arrêteront pas, il y a des tanks partout", poursuit le militant.

Selon l'OSDH, plus d'un millier de familles sont bloquées dans la ville et manquent de tout. D'après cette ONG, les habitants sont parfois obligés de manger du pain moisi en raison du manque de farine, sans compter les coupures d'électricité et d'eau.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant rouge syrien ont tenté à plusieurs reprises d'entrer dans ces quartiers pour évacuer des civils et notamment les blessés mais leurs efforts se sont soldés à chaque fois par un échec.

En plus de 15 mois de révolte, la répression et, depuis quelques mois, les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon l'OSDH.

Dimanche, près de 80 personnes en majorité des civils ont péri des les violences.

ser-ram/sw

PLUS:afp