"Nous devons être des indignés linguistiques!" mais sans lancer une "déclaration de guerre" aux autres langues, a plaidé mardi le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf à l'ouverture du premier forum mondial de la langue française.

Plus de 1000 conférenciers, artistes, jeunes et autres membres de la société civile se réunissent de lundi à vendredi dans la capitale québécoise pour dessiner un portrait précis de l'état de la langue française parlée par plus de 200 millions de personnes à travers le monde.

"Je pourrais vous dire que la langue française se porte bien, qu'elle est parlée et enseignée sur les cinq continents, que son nombre de locuteurs est en progression et qu'elle est promise à un brillant avenir, singulièrement en Afrique" qui représentera environ 80% des francophones vers 2050, a déclaré M. Diouf.

"Par-delà les chiffres rassurants que nous connaissons, il y a des faits, des pratiques quotidiennes, des évolutions géopolitiques et géoculturelles lourdes", a ajouté M. Diouf.

"Nous devons être des indignés linguistiques! Mais entendons-nous bien: nous ne sommes pas là pour lancer une déclaration de guerre, mettre les langues en concurrence ou en compétition", a souligné le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), devant un parterre de plus de 1.000 personnes incluant les Premiers ministres canadien et québécois, Stephen Harper et Jean Charest, et le maire de Paris, Bertrand Delanoë.

Le discours de M. Harper sur les vertus de la "cohabitation linguistique" entre francophones et anglophones au Canada a d'ailleurs été interrompu par un homme qui a demandé aux citoyens de se rebeller contre lui et le Premier ministre québécois.

Une centaine de personnes ont aussi manifesté dans le centre-ville de Québec pour réclamer une meilleure protection de la langue française dans la province francophone de huit millions d'habitants, frontalière du géant américain.

"S'il ne faut pas dramatiser" sur l'état du français à travers le monde, il serait tout autant "erroné" de prétendre que sa force d'attraction n'a pas fléchi, a déclaré le Premier ministre québécois, soulignant la place croissante de l'anglais dans les médias et la publicité en Europe.

Les discussions au forum de Québec pourraient déboucher sur d'éventuelles recommandations pour le Sommet des chefs d'Etats francophones à Kinshasa (RDC), en octobre, afin de renforcer la coopération économique, la publication scientifique dans la langue de Molière et la mobilité entre citoyens des pays ayant le français en partage.

Le forum de Québec est aussi émaillé d'événements artistiques dont une grande soirée de "Slam", art oratoire alliant musique et poésie, avec entre autres le Français Grand corps malade et le Québécois d'origine algonquine Samian.