NOUVELLES

Fini l'Euro-2012, place aux autres tournois, qui vont aussi faire débat

02/07/2012 04:49 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

L'Euro-2012 s'est achevé dimanche et c'est maintenant aux autres grands tournois d'occuper l'actualité avec un Euro à 24 en 2016 en France, des questions sur le Brésil, la Russie et le Qatar, sans parler du suspense qui plane sur 2020 avec l'idée d'un Euro pan-européen.

. Mondial-2014 au Brésil: le syndrome sud-africain

Voilà encore un grand tournoi dont l'organisation a été donnée à un pays émergent qui va faire débat, sur le modèle du Mondial-2010 en Afrique du Sud. Le Brésil est certes le pays où le football est roi. Mais comme l'Afrique du Sud, la sécurité sera un des enjeux de la compétition. Le site du ministère français des affaires étrangères met en garde contre des "risques avérés d'agression à main armée sur les axes routiers reliant Sao Paulo aux villes du littoral de l'Etat de Sao Paulo". La Fifa a pour sa part plusieurs fois pressé le Brésil de rattraper ses retards dans la préparation ces derniers mois. Enfin, l'idée de la Fifa de faire tourner les équipes pendant le premier tour en dehors d'une zone géographique limitée risque de compliquer la tâche des suiveurs.

. Euro-2016 en France: on passe à 24

L'organisation d'un Euro en France en 2016 ne donnera pas autant de cauchemars et nuits blanches à l'UEFA que l'édition qui vient de s'achever en Ukraine et en Pologne. Mais la question des stades reste un dossier sensible. Onze enceintes étaient initialement prévues, il n'y en a plus que dix. Et des doutes subsistent à Lens et à Lyon. Au-delà de ça, c'est la question du passage de 16 à 24 engagés qui posent des questions. Les qualifications seront-elles toujours aussi intéressantes quand 24 équipes sur les 53 membres de l'UEFA vont aller en phase finale ? Comment écrémer ensuite pour déboucher sur les 8es de finale ?

. Mondial-2018 en Russie: l'inconnue

Ceux qui avaient lu les rapports techniques des candidats à l'attribution du Mondial en 2018 ont été surpris du choix de la Russie. La Coupe du monde de football est d'ailleurs un projet perçu par le gouvernement russe comme une occasion de donner un coup de fouet aux infrastructures dont manque cruellement ce pays gigantesque. En début d'année, le président de la Fifa, Joseph Blatter avait estimé que la Russie était pour le moment mieux préparée que le Brésil. L'Euro-2012 réussi en Ukraine et en Pologne est porteur d'espoirs pour les Russes.

. Euro-2020: suspense total

Michel Platini, président de l'UEFA, était visiblement satisfait de sa petit bombe lâchée samedi en conférence de presse à Kiev. Et si l'Euro-2020 ne se jouait finalement pas dans un seul ou deux pays, comme cela s'est fait jusqu'à maintenant, mais dans "toute l'Europe", soit "12 ou 13 villes" du vieux continent. Les fédérations composant l'UEFA ont jusqu'à décembre 2012, voire janvier 2013 pour décider d'adopter ce projet ou non. Pour l'heure, le candidat le plus sérieux semblait être la Turquie, mais ce pays veut aussi les JO la même année. CIO et UEFA sont d'accord: organiser les deux n'est pas possible.

. Mondial-2022: en été ou en hiver ?

Ce fut "LA" grande surprise des désignations pour les Mondiaux 2018 et 2022. La Fifa a fait le pari d'une ouverture vers de nouveaux territoires pour faire comprendre à l'Asie que personne n'était oublié. Il n'existe rien pour l'instant pour accueillir une Coupe du monde dans ce petit pays, mais sa surface financière autorise à penser que tout sera prêt. Reste un détail important: en été, les températures peuvent flirter avec les 50 degrés. Certains, comme Michel Platini, sont partisans d'un Mondial-2022 en hiver, ce qui n'est pas du goût de certains clubs, qui rechignent déjà à libérer leurs joueurs africains à cette période pour la CAN, et voient là un bouleversement de leurs calendriers.

pgr/grd/jr

PLUS:afp