NOUVELLES

Des chercheurs auraient des preuves de l'existence de la «particule de Dieu»

02/07/2012 07:49 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

GENÈVE - Des chercheurs faisant partie de l'équipe qui travaille avec le plus gros accélérateur de particules au monde prévoient annoncer mercredi qu'ils ont réuni suffisamment de preuves pour démontrer que la fameuse «particule de Dieu», ou boson de Higgs, qui répond à des questions fondamentales sur l'Univers, existe bel et bien.

Mais après des décennies de travail et des milliards de dollars en investissements, les scientifiques de l'Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire (CERN) ne sont pas encore prêts à dire qu'ils ont «découvert» ladite particule.

Des experts bien informés sur les recherches ayant cours dans le vaste complexe du CERN, situé à la frontière franco-helvétique, soutiennent pour l'heure que l'impressionnante quantité de données témoigne essentiellement de l'existence d'une «empreinte» du boson de Higgs, mais que cela ne permet pas d'affirmer que la «particule de Dieu» a été découverte.

Les deux équipes indépendantes de physiciens qui prévoient présenter les résultats de leurs recherches au CERN le 4 juillet exposeront donc leurs découvertes... sans pour autant parler d'une découverte proprement dite, selon des scientifiques en chef du CERN.

Il semble y avoir fine distinction.

«Je suis d'accord que tout observateur extérieur raisonnable dirait: 'Ça semble être une découverte'», a reconnu le physicien théoricien britannique John Ellis, professeur au King's College London, qui oeuvre au CERN depuis les années 1970, lors d'une entrevue avec l'Associated Press.

«Nous avons découvert quelque chose qui a toutes les apparences du boson de Higgs», a-t-il affirmé.

Pour Rob Roser, qui dirige les recherches sur le boson de Higgs au laboratoire américain Fermilab, les physiciens des particules ont des normes très strictes quand vient le temps de parler d'une découverte.

Les résultats que s'apprêtent à divulguer les scientifiques du CERN peuvent être comparés à la découverte, par des paléontologues, d'un fossile de dinosaure, illustre M. Roser.

«Vous voyez les empreintes et l'ombre de l'objet, mais en réalité, vous ne le voyez pas.»

La découverte du boson de Higgs ne changera pas la vie de qui que ce soit, mais elle aidera à expliquer les mystères sous-jacents de l'Univers. En fait, le boson de Higgs est un concept impénétrable imaginé pour répondre à une grande question qu'un citoyen lambda ne se pose pas tous les jours: Comment les particules subatomiques comme des électrons, des protons et des neutrons ont-ils été eux-même formés? Qu'est-ce qui leur donne une masse?

Le gigantesque accélérateur de particules du CERN, le grand collisionneur hadronique, a été utilisé pour créer des collisions de protons à haute énergie afin de mieux comprendre des phénomènes comme la matière noire, l'antimatière et, ultimement, la naissance de l'Univers.

Le terme «particule de Dieu» a été popularisé par le lauréat du prix Nobel de physique Leon Lederman.

PLUS:pc