NOUVELLES

Chypre vient en aide à une banque, arrivée mardi de la mission FMI/BCE

02/07/2012 11:49 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

Les autorités chypriotes ont annoncé lundi avoir contribué à hauteur de 1,79 milliard d'euros à la recapitalisation de la Popular Bank, à la veille de l'arrivée sur l'île d'une mission du Fonds monétaire international (FMI).

Popular Bank avait jusqu'au 30 juin pour trouver 1,8 milliard d'euros afin de répondre aux exigences de recapitalisation des autorités de régulation bancaires européennes.

La banque a particulièrement souffert de la crise financière en Grèce en raison de l'ampleur dans son portefeuille de titres de dette souveraine grecque.

"Prenant en compte le nombre des actions supplémentaires souscrites par les investisseurs privés et en conformité avec la décision du Conseil des ministres sur la participation à l'émission en capital, le gouvernement a acquis pour 1,79 milliard d'euros de titres de la banque", a indiqué le ministère des Finances dans un communiqué.

Le gouvernement chypriote doit trouver au minimum 2,3 milliards d'euros, y compris le 1,79 milliard, pour aider à la recapitalisation des deux principales banques du pays, Popular Bank et Cyprus Bank.

Il a demandé, il y a une semaine, à pouvoir bénéficier d'une aide de l'Union européenne d'un montant non précisé, ainsi que de celle du FMI.

Une mission de représentants de la Commission européenne, du FMI et de la Banque centrale européenne doit arriver mardi sur l'île méditerranéenne pour évaluer la situation budgétaire et financière du pays, qui a pris le 1er juillet la présidence semestrielle du Conseil des ministres de l'UE.

Cette mission devra notamment établir les mesures d'austérité que doit réaliser le gouvernement, dirigé par le président Demetris Christofias (communiste), pour ramener son déficit budgétaire sous la barre des 3%. Il dépasse actuellement les 6%.

La République de Chypre ne peut plus emprunter sur les marchés internationaux de la dette et les trois principales agences de notation ont ramené sa note au niveau "spéculatif".

Elle était toutefois parvenue à obtenir fin 2011 un prêt à taux bonifié de 2,5 milliards d'euros pour 2012 auprès de la Russie et serait en train d'en négocier un deuxième.

Selon certains analystes, le montant total de l'aide dont aurait besoin Chypre pour à la fois venir en aide à ses banques en difficultés et pour équilibrer ses finances publiques serait de l'ordre de 10 milliards d'euros.

str-jds/sma/jld

PLUS:afp