Adam Cohen a toujours voulu être une rock star: il a donc enfilé, avec bonheur et énergie, ses pantalons moulants et son attitude de rocker en concert, en performant avec son groupe Low Millions. Aujourd'hui de son propre aveu beaucoup plus sage, celui qui a grandi dans l'une des plus belles traditions musicales a envie de faire honneur - en solo - à ses racines. Tout cela en prenant résolument sa place dans la cour des musiciens de grand talent.

«J'ai toujours été très séduit par les mythes entourant le Rock'n Roll et je voulais à tout prix participer au show-business», avoue d'emblée Adam Cohen. «Mais je n'ai jamais assez travaillé pour faire en sorte de satisfaire ce côté "Art" », admet-il.

C'est pourquoi les «petites chansons» qui se retrouvent sur son plus récent album Like a man représentent, pour le musicien, un changement de cap important.

«Tout a changé, affirme-t-il. Il ne s'agit plus pour moi de vouloir être une star, de chercher les applaudissements, de courir après les femmes ou le fric, mais plutôt de rendre hommage à la tradition dans laquelle j'ai été élevé, de montrer à quel point j'appartiens à une entreprise familiale.»

Il n'a d'ailleurs pas peur de le dire franchement: son parcours se définit par un manque de maturité et de courage qui sont pourtant venus avec le temps et avec, entre autres bouleversements, la paternité.

La chanson titre de son nouvel album Like a man reflète bien cet idéal d'homme qu'il souhaitait devenir. «C'est une sorte d'auto-message, un aide-mémoire, pour me rappeler du genre d'homme que j'ai toujours voulu incarner et que j'ai fini par devenir, avec le temps, beaucoup de temps», dit-il en souriant.

Adam Cohen avoue s'être «complètement déshabillé pour cet album solo», en rendant hommage, notamment, à des gens qui ont fait partie de sa vie, qui l'ont touché et avec qui il partage certains souvenirs.

«Cet album, il n'est pas charnel, mais il est sexy. Ce n'est pas un disque qui ne raconte que des histoires mais on y en retrouve pourtant. C'est aussi un amalgame de chansons d'amour qui possèdent de petites déviations, un petit quelque chose qui leur donne une autre dimension.»

En spectacle, on peut s'attendre à un Adam Cohen content et sincère.

«Je veux être fidèle à mon disque, je veux donner aux gens qui sont venus me voir, une soirée mémorable où je vais partager avec eux un monde que j'ai toujours occupé mais auquel je participe pour la première fois publiquement.»

Un monde autour duquel il pose doucement les bras, enlassant à la fois son sublime héritage de Cohen et sa vision de la vie... à travers ses propres mots et sous sa propre mélodie.

Adam Cohen sera en spectacle le 4 juillet au Métropolis dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal et le 6 juillet à l'Impérial de Québec dans le cadre du festival d'été de Québec (quelques billets sont encore disponibles).