NOUVELLES

Amis de la Syrie vendredi: Paris attend une réponse de Moscou et Pékin

02/07/2012 08:25 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

La Russie et la Chine, alliés du président Assad, n'ont toujours pas répondu à l'invitation de participer à la réunion des Amis du peuple syrien qui se réunissent vendredi à Paris, a indiqué lundi le ministère français des Affaires étrangères.

"La Chine et la Russie, comme l'ensemble des membres permanents du Conseil de sécurité, sont invitées à cette réunion. A ce jour, nous n'avons pas encore de précision sur leur participation", a déclaré le porte-parole du ministère Bernard Valero interrogé lors d'un point-presse.

Les Amis du peuple syrien, qui rassemblent plus d'une centaine de pays arabes et occidentaux, d'organisations internationales ainsi que des représentants de l'opposition syrienne, s'étaient déjà réunis à Tunis en février et à Istanbul en avril. A chaque fois, Moscou et Pékin avaient boycotté cette instance.

Cette troisième réunion aura lieu quelques jours après l'accord obtenu samedi à Genève par le nouveau Groupe d'action sur la Syrie - qui comprend les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Russie, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne), des pays représentants la Ligue arabe (Irak, Koweït et Qatar), la Turquie et les secrétaires généraux de la Ligue arabe et de l'ONU.

Ce groupe s'est entendu sur les principes d'une transition en Syrie avec un gouvernement qui pourrait inclure des membres du cabinet actuel et de l'opposition, mais sans impliquer explicitement le départ du président syrien.

Alors que pour Washington et Paris, cet accord signifie que Bachar al-Assad doit partir, Moscou et Pékin affirment que c'est aux Syriens de décider de leur avenir.

De son côté, le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a prévenu qu'aucune initiative ne serait acceptée "sans qu'elle appelle clairement au départ de Bachar al-Assad".

L'opposition syrienne était lundi et mardi réunie au Caire à l'initiative de la Ligue arabe pour souder ses rangs. La réunion des Amis du peuple syrien "aura notamment pour objectif de l'encourager" dans cet effort et "d'accroître la pression sur le régime syrien pour que soit appliqué le plan de Genève", a dit M. Valero.

"Nous partageons l'avis des opposants syriens que Bachar al-Assad n'a aucune place dans un tel processus et doit partir", a répété le porte-parole.

En plus de 15 mois de révolte la répression et les combats ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)

dp/prh/sba

PLUS:afp