NOUVELLES

É.-U.: le lab pharmaceutique écope une amende de 3 milliards $ US

02/07/2012 04:45 EDT | Actualisé 01/09/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - La pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) paiera une amende de 3 milliards $ US après avoir plaidé coupable à des accusations de promotion illégale de deux médicaments populaires et de manquement à fournir les informations importantes sur la sécurité d'un troisième, a indiqué lundi le département américain de la Justice.

Il s'agit de la plus importante décision à être rendue aux États-Unis dans une affaire de fraude en matière de soins de santé. Le précédent record avait été établi par le géant du médicament Pfizer, qui avait versé au gouvernement américain 2,3 milliards $ US.

Les autorités américaines ont accusé la compagnie d'avoir offert de luxueuses vacances à des médecins, en plus de séjours de chasse en Europe, des conférences grassement payées et des billets pour un concert de Madonna.

L'amende de 3,0 milliards $ US, qui combine les poursuites pénale et civile, est la plus importante à avoir jamais été versée par une entreprise pharmaceutique, a indiqué le procureur général adjoint, James M. Cole. La compagnie a également consenti à être surveillée par des représentants du gouvernement pendant cinq ans, afin de s'assurer que GSK se conforme aux normes en vigueur, a-t-il poursuivi.

M. Cole a refusé, en point de presse lundi à Washington, de préciser si certains cadres de GSK étaient visés par une enquête. Le plaidoyer de culpabilité de l'entreprise, de même que la peine, doivent être approuvés par une cour fédérale au Massachusetts.

Le pdg de GSK, Sir Andrew Witty, a exprimé ses regrets dans un communiqué de presse, affirmant que la compagnie a appris de ses erreurs.

Entre avril 1998 et août 2003, GSK a fait la promotion illégale d'un médicament pour traiter la dépression chez les enfants, le Paxil, même s'il n'a jamais été approuvé pour les patients de moins de 18 ans par la Food and Drug Administration (FDA).

La compagnie a aussi fait la promotion illégale du médicament Wellbutrin, entre janvier 1999 et décembre 2003, utilisé pour traiter la perte de poids, les dysfonctions sexuelles, les substances créant une dépendance et le trouble de déficit de l'attention, avec ou sans hyperactivité. Le Wellbutrin n'a toutefois reçu l'approbation des autorités que pour le traitement d'une dépression majeure.

Ce genre de violations est largement répandu dans l'industrie pharmaceutique, et certains ont avancé que les compagnies considéraient les amendes comme un simple coût d'exploitation. La promotion musclée de médicaments non approuvés auprès de médecins a rapidement gonflé les ventes de médicaments jusque-là peu demandés, avec des ventes annuelles dépassant la barre du milliard de dollars.

PLUS:pc