NOUVELLES

Syrie: poursuite des bombardements des localités à la périphérie de Damas

01/07/2012 04:34 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

Des bruits d'explosions résonnaient dimanche matin à Damas, les forces du régime du président Bachar al-Assad continuant de bombarder des localités à la périphérie de la capitale pour empêcher les manifestants de défiler, selon des militants.

L'armée a visé avec des canons et des chars des localités de la Ghouta orientale, près de Damas, ont indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, et les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation des opposants sur le terrain.

Dans la province de Hama (centre), cinq civils dont deux femmes ont été tués dimanche par les tirs des forces armées postées autour de Hilfaya, et un rebelle est mort dans des combats à Deir Ezzor (est), une ville dont l'armée régulière tente de reprendre le contrôle, selon l'OSDH.

Dans le reste du pays, l'armée bombardait dimanche la ville d'Atareb (nord) ainsi que le quartier de Jouret al-Chiyah à Homs (centre), où des témoins ont fait état d'immeubles écroulés avec des victimes sous les décombres, selon la même source.

Samedi, la répression et les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 120 morts en Syrie, dont au moins 30 dans un cortège funéraire touché par un obus à Zamalka, à 10 km à l'est de Damas, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de témoins.

L'OSDH a aussi lancé un appel à l'aide pour Douma, également à l'est de la capitale, où des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées dans des bombardements incessants ces derniers jours et où la situation humanitaire est "catastrophique à tous les niveaux".

Samedi à Genève, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Chine, Russie, France et Grande-Bretagne), la Turquie et des pays représentant la Ligue arabe se sont accordés sur les principes d'une transition en Syrie, où la révolte contre le président Bachar al-Assad tourne au conflit armé.

rm/fc

PLUS:afp