NOUVELLES

Syrie: "Bachar el-Assad, à terme, c'est fini", estime Fabius

01/07/2012 07:38 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

PARIS - Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé dimanche que l'accord conclu la veille à Genève sur une transition politique en Syrie signifiait à ses yeux que "Bachar el-Assad, à terme, c'est fini".

Fruit d'un accord "unanime" entre les diplomates du Groupe d'action sur la Syrie, dont la Russie et la Chine, ce texte "dit précisement qu'il y aura un gouvernement de transition qui aura tous les pouvoirs", a-t-il noté sur TF1. "Il est dit que (ses membres) feront l'objet d'un consentement mutuel. Jamais l'opposition ne va accepter Bachar el-Assad. Donc, ça signifie implicitement que Bachar el-Assad doit partir. Bachar el-Assad, à terme, c'est fini".

Rappelant que Kofi Annan, émissaire conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, était chargé de faire appliquer ce plan de transition, M. Fabius a également précisé que lors de la conférence du Groupe des pays amis du peuple syrien prévue vendredi prochain à Paris, "nous allons faire une pression supplémentaire contre Bachar el-Assad".

"Si ce que nous avons décidé (samedi à Genève) n'est pas suffisant, nous retournerons au Conseil de sécurité des Nations unies et nous demanderons l'application du chapitre VII" de la Charte de l'ONU, a-t-il poursuivi, "c'est à dire l'obligation d'appliquer ces décisions et l'obligation peut recourir à toute une série d'éléments, notamment des éléments militaires". AP

mw/com

PLUS:pc