NOUVELLES

Rodney King, figure des émeutes raciales aux USA, enterré à Los Angeles

01/07/2012 10:59 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

Rodney King, dont le passage à tabac par quatre policiers blancs ensuite acquittés avait entraîné de très violentes émeutes raciales à Los Angeles en 1992, a été enterré samedi, deux semaines après sa mort à l'âge de 47 ans.

Le pasteur noir Al Sharpton a qualifié le défunt de "symbole du pardon" peu avant ses funérailles au cimetière des collines de Forest Lawn-Hollywood, au nord de Los Angeles. Rodney King avait assuré avoir "pardonné" aux policiers qui l'avaient battu.

"Les gens ne doivent pas être jugés sur les erreurs qu'ils commettent mais sur la manière dont ils les dépassent", a dit le militant des droits civiques. "Rodney a dépassé ses erreurs, il ne s'est jamais moqué de quiconque, ni de la police, ni du système judiciaire, ni de quiconque".

"Il est devenu un symbole du pardon", a-t-il ajouté, avant la cérémonie à laquelle assistait aussi le pasteur Jesse Jackson.

Rodney King a été découvert mort au fond de sa piscine le 17 juin. Les premières investigations ont écarté l'hypothèse d'un meurtre et une autopsie est en cours pour déterminer les causes du décès.

Le 3 mars 1991, Rodney King, un Noir alors âgé de 26 ans, avait été brutalement frappé par quatre policiers blancs devant la caméra d'un amateur.

La vidéo de 10 minutes montrait Rodney King recevoir 56 coups de bâton sur la tête, les bras, les genoux ainsi que de nombreux coups de pieds.

Accusés d'agression et d'utilisation excessive de la force, les quatre policiers avaient été traduits en justice mais un peu plus d'un an plus tard, le 29 avril 1992, ils avaient été blanchis par un jury à majorité blanc. Peu après l'annonce du verdict, 100.000 personnes étaient descendus dans la rue, pour une manifestation qui avait dégénéré en émeutes d'une rare violence.

"Ne pouvons-nous pas vivre ensemble?", avait lancé Rodney King à la télévision, mais il avait fallu l'intervention de l'armée pour mettre fin aux violences, qui avaient fait en quatre jours 53 morts et un milliard de dollars de dégâts.

Cette phrase "Ne pouvons-nous pas vivre ensemble?" a été vue brodée à l'intérieur du couvercle ouvert du cercueil de Rodney King, selon le Los Angeles Times.

mt/chv/eg

PLUS:afp