NOUVELLES

L'Espagne écrase l'Italie 4-0 en finale de l'Euro et défend son titre

01/07/2012 04:50 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - L'Espagne a écrasé l'Italie 4-0 en finale de l'Euro 2012, dimanche, continuant donc son règne en tant que meilleure équipe de soccer au monde.

David Silva et Jordi Alba ont marqué en première demie alors que Fernando Torres et Juan Mata, deux joueurs qui ont fait leur entrée dans le match en tant que réservistes, ont mis fin aux espoirs de remontée en touchant la cible en deuxième demie.

Torres, qui a inscrit trois buts en 189 minutes de jeu au cours du tournoi, a d'ailleurs été nommé meilleur buteur de l'événement.

L'Italie a dû se défendre à 10 joueurs à partir de la 64e minute de jeu. L'équipe avait déjà utilisé ses trois changements quand Thiago Motta a dû quitter le match en raison d'une blessure.

«Nous respectons beaucoup l'Italie. Ils ont été d'excellents adversaires, mais nous avons pris le contrôle au fur et à mesure que le match avançait», a noté le sélectionneur espagnol Vicente del Bosque.

L'Espagne a donc remporté un troisième titre majeur d'affilée, après ses victoires à l'Euro 2008 et à la Coupe du monde en 2010. Ce tour du chapeau est un exploit inégalé pour une équipe européenne, tout comme le fait de défendre avec succès son championnat de l'Euro.

L'Italie a eu principalement la possession du ballon en première demie, mais le style de passes rapides de l'Espagne a été efficace dans les moments importants.

«Ce soir, il n'y a pas eu de doute, ils ont été si supérieurs — donc la douleur de la défaite en finale est seulement relative», a reconnu le gardien et capitaine de l'Italie Gianluigi Buffon.

Le capitaine de l'Espagne Iker Casillas a été excellent afin de parer les attaques italiennes devant son filet, et il a ainsi réussi son 10e jeu blanc consécutif en matchs éliminatoires dans ce tournoi.

Cette victoire a été la plus écrasante de l'histoire de la finale du championnat européen, surpassant même celle de 3-0 de la République fédérale d'Allemagne contre l'Union soviétique en 1972.

Ce fut également la réponse parfaite aux détracteurs de l'Espagne, qui ont allégué que le jeu du champion de la Coupe du monde et de l'Euro était devenu morne.

Selon les détracteurs, leur possession de balle se résume à des passes incessantes dans le champ arrière afin d'empêcher leurs adversaires de l'obtenir et de créer des matchs enlevants, sans nécessairement viser la victoire.

Mais l'Espagne a répliqué en offrant du jeu inspiré lorsque l'enjeu était le plus important, dimanche, en finale de l'Euro 2012.

«Vous pouviez voir dès le début qu'ils étaient plus reposés physiquement», a déclaré le sélectionneur italien Cesare Prandelli, dont l'équipe avait joué en demi-finale jeudi, un jour après l'Espagne.

«Nous n'avons pas eu le temps de récupérer, particulièrement quand vous devez affronter des joueurs de ce calibre. C'était très, très difficile de s'imaginer effacer un retard de 2-0.»

PLUS:pc