NOUVELLES

La Grèce tend la main à la Turquie à propos de la réunification de Chypre

01/07/2012 06:48 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

NICOSIE, Chypre - Le nouveau ministre grec des Affaires étrangères affirme que la Turquie doit cesser ses «menaces et son attitude agressive» envers Chypre, et doit aider la nation insulaire à se réunifier.

Dimitris Avramopoulos s'est exprimé à Nicosie après des discussions avec son homologue Chypriote, Erato Kozakou-Marcoullis, dimanche, date à laquelle Chypre entame la présidence temporaire de l'Union européenne (UE) pour six mois.

Chypre a été divisée en 1974 en une partie grecophone internationalement reconnue au sud, et une partie turcophone non reconnue au nord, lorsque la Turquie a envahi l'île après un coup d'État commis par les partisans d'une union avec la Grèce. La Turquie ne reconnaît pas Chypre comme un pays indépendant, et les négociations de paix entre les communautés rivales sont suspendues.

M. Avramopoulos a déclaré que la Turquie devrait réaliser que l'intégration de Chypre au sein de l'UE et la découverte de gaz naturel au large de sa côte sud pourraient être des opportunités pour aider les efforts de réunification.

PLUS:pc