NOUVELLES

Japon: redémarrage d'un réacteur nucléaire, pour la première fois depuis Fukushima

01/07/2012 01:51 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

TOKYO - La compagnie Kansai Electric Power a annoncé dimanche le redémarrage du réacteur numéro 3 de sa centrale nucléaire d'Ohi, dans l'ouest du Japon, pour la première fois depuis l'accident de Fukushima en mars 2011.

Le Premier ministre Yoshihiko Noda avait annoncé le 16 juin la décision du gouvernement de remettre en service deux réacteurs de la centrale d'Ohi, affirmant qu'il s'agit d'une nécessité économique. Il a invoqué les risques de pénurie de courant durant l'été, et ses répercussions sur l'économie et la vie de la population.

Première étape de la remise en exploitation, la réaction en chaîne du réacteur 3 a repris dimanche après-midi, a expliqué sur son site Internet Kansai Electric Power, principal fournisseur d'énergie de la région englobant les villes d'Osaka et Kyoto. Le raccordement du réacteur 3 au réseau électrique et la remise en route du réacteur 4 auront lieu ultérieurement.

Avant le tsunami du 11 mars 2011 et l'accident consécutif à la centrale de Fukushima, le plus grave depuis celui de Tchernobyl en 1986, le Japon comptait 50 réacteurs en service. Jusqu'à ce dimanche, tous étaient à l'arrêt pour contrôles de sécurité, maintenance programmée ou mise hors service par le tsunami, comme à Fukushima. Le nucléaire, avant le 11 mars 2011, constituait environ 30% de la production d'électricité au Japon.

Selon les autorités locales d'Ohi, la préfecture de région de Fukui et le gouvernement, les tests de résistance pratiqués à Ohi montrent que les réacteurs peuvent être remis en service en toute sécurité.

Taisuke Kohno, un des quelque 200 manifestants rassemblés dimanche en signe de protestation devant la centrale d'Ohi, n'en est absolument pas convaincu. "C'est un mensonge de dire que l'énergie nucléaire est propre", a estimé ce musicien de 41 ans.

Vendredi soir, une manifestation d'une ampleur rarement vue au Japon a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes devant le siège du gouvernement à Tokyo. "Non aux redémarrages", ont notamment scandé les protestaires, qui ont également réclamé la démission de M. Noda.

L'énergie nucléaire suscite la méfiance croissance de l'opinion, malgré le silence initial des grands médias. Relayées par les réseaux sociaux, les manifestations se sont multipliées dans le pays depuis le 11 mars 2011, avec le soutien de personnalités comme l'écrivain Kenzaburo Oe, prix Nobel de littérature 1994, ou le musicien Ryuichi Sakamoto, qui a composé la musique du film "Le dernier empereur".

PLUS:pc