NOUVELLES

Israël: la justice accepte de retarder le démantèlement de maisons de colons

01/07/2012 11:56 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

La Cour suprême d'Israël a accepté dimanche d'accorder un délai supplémentaire au gouvernement israélien pour démanteler les habitations du quartier d'Oulpana, dans la colonie de Beit El, après l'évacuation de ses habitants la semaine dernière.

La Cour Suprême accède ainsi à une demande de report de l'ordre de démantèlement --initialement fixé au 1er juillet-- au 15 novembre prochain, pour que les bâtiments puissent être déplacés sans être détruits.

"Compte tenu que les bâtiments permanents ont été évacués de tous leurs habitants (...) et du calendrier réduit pour le démontage et l'enlèvement des structures permanentes, nous ne voyons pas d'obstacle à accorder une prolongation comme le souhaitent les pétitionnaires", indique la Cour suprême dans sa décision, dont l'AFP s'est procuré une copie.

"Nous insistons sur le fait que les répondants doivent tenir leur parole et enlever les structures permanentes au plus tard le 15 novembre 2012", ajoute le texte.

L'évacuation de la trentaine de familles israéliennes vivant dans cinq bâtiments du quartier d'Oulpana, près de Ramallah, s'est déroulée la semaine dernière sans incident majeur.

Selon les médias israéliens, les habitations construites illégalement et qui devaient être détruites ce dimanche à la suite d'un jugement de la Cour suprême seront démantelées d'ici la mi-novembre en 108 parties qui seront ensuite utilisées pour construire de nouveaux logements dans un autre quartier de la colonie de Beit El.

Les colons ont accepté de quitter pacifiquement leurs domiciles selon un accord conclu avec le gouvernement Netanyahu prévoyant en échange la construction de 300 nouveaux appartements à Beit El.

Le gouvernement craignait la répétition de violences comparables à celles qui avaient émaillé l'évacuation des colonies dans la bande de Gaza, en août 2005, et la colonie sauvage d'Amona en février 2006 située en Cisjordanie.

Aux yeux de la communauté internationale, toutes les colonies sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement. Plus de 340.000 colons israéliens vivent en Cisjordanie occupée et quelque 200.000 dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est occupée et annexée.

scw-dms/agr/sw

PLUS:afp