NOUVELLES

Euro-2012: Les Espagnols et leurs enfants font la fête, larmes pour l'Italie

01/07/2012 05:05 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

La victoire de l'Espagne à l'Euro-2012 a été fêtée comme il se doit par les joueurs de la Roja mais aussi par leurs enfants, très nombreux sur la pelouse du stade olympique de Kiev, alors que les Italiens, battus 4-0, semblaient assommés.

Quand l'Italie s'est retrouvée réduite à 10 à la 61e minute, le mince suspense qui subsistait a disparu et les remplaçants espagnols ont commencé à se lever. A trois minutes du coup de sifflet final, ils étaient tous debout, à se congratuler.

Et alors que la ronde espagnole sautait et dansait au milieu du terrain, l'attaquant italien Mario Balotelli disparaissait immédiatement dans le tunnel, pour revenir quelques secondes seulement avant la remise des médailles.

Quelques minutes plus tard, c'est en larmes que le jeune attaquant de Manchester City quittait la pelouse, cette fois définitivement.

Avant cela, les deux gardiens, Buffon et Casillas, s'étaient donné une belle accolade et la plupart des Italiens étaient allés saluer leurs supporteurs.

Les enfants des joueurs espagnols entraient alors en scène. Arbeloa en tenait deux dans ses bras au bord du terrain, où les Espagnols étaient venus saluer leurs proches. Et soudain, il y en avait cinq, six, sept, courant dans la surface de réparation du côté du but où Torres et Mata avaient marqué.

Très calme, le sélectionneur de l'Espagne Vicente Del Bosque prenait lui chacun de ses joueurs dans les bras.

De son côté, son homologue Cesare Prandelli tentait sans succès de réconforter Montolivo, bientôt en larmes, comme Bonucci inconsolable.

Et c'est aussi les yeux rougis que Pirlo, salué d'un petit geste et d'un petit mot par Michel Platini, contemplait la remise du trophée à Casillas.

Celui-ci avait à son tour un petit mot pour le président de l'UEFA: "otra vez (encore une fois, ndlr)", lui a-t-il dit, avant de lever pour la deuxième fois après 2008 le trophée Henri Delaunay.

Le feu d'artifice était tiré dans la nuit de Kiev, et Casillas, Ramos et les autres pouvaient aller présenter la coupe à leurs supporteurs, tous restés dans leur virage.

Drapeau catalan sur le dos, Xavi pouvait lancer le tour d'honneur, alors que Ramos s'offrait quelques passes de torero avec le drapeau espagnol en guise de muleta.

Les joueurs et leurs enfants, encore, se faisaient ensuite photographier posant avec la Coupe, tandis que Piqué faisait entrer sur la pelouse son père, sa mère et son frère ! Sa compagne, la chanteuse Shakira, venait même l'embrasser.

Près d'une demi-heure après le coup de sifflet final, une dizaine de joueurs espagnols étaient toujours au centre de la pelouse avec compagnes et enfants, ravis de jouer avec les "papelitos" brillants lancés avant le feu d'artifice.

Piqué, lui, le roi de la fête, découpait le filet du but de gauche, celui des troisième et quatrième buts et s'en faisait une écharpe.

stt/grd

PLUS:afp