NOUVELLES

Euro-2012 - Les plus beaux buts du tournoi

01/07/2012 10:32 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

Le déboulé de Pavlyuchenko, le missile de Blaszczykowski, le coup franc direct de Pirlo, la talonnade aérienne de Welbeck, la reprise kung-fu d'Ibrahimovic, et la furia de Balotelli: voici quelques-uns des plus beaux buts de l'Euro-2012.

8 juin - Le déboulé de Pavlyuchenko

Russie - République Tchèque (4-1) à Wroclaw. Match de groupe. 82e minute, Roman Pavlyuchenko, l'attaquant de Tottenham, prêté au Lokomotiv Moscou, s'offre un but somptueux en passant en revue toute la défense tchèque pour déclencher sa frappe plein axe et loger sa balle dans la lucarne de Petr Cech, un des meilleurs gardiens du monde et un des héros de la finale de la Ligue des champions remportée avec Chelsea. La Russie est alors éclatante, mais ne verra pourtant pas les quarts.

12 juin - Le missile de Blaszczykowski

Pologne - Russie (1-1) à Varsovie. Match de groupe. A la 57e minute, Jakub Blaszczykowski s'elance sur le côté droit et place un missile enroulé du pied gauche qui trouve la lucarne de Vyacheslav Malafeev.

Celui qui a été surnommé le "petit Figo" par l'illustre Zbigniew Boniek, un des plus grands attaquants polonais de l'Histoire, laisse éclater sa joie. Le capitaine "Kuba", en égalisant, permet à la Pologne à ce moment-là de jouer son avenir sur le dernier match de poule contre la République Tchèque. La Pologne sera finalement éliminée.

14 juin - Le coup franc direct de Pirlo

Italie - Croatie (1-1) à Poznan. Match de groupe. A la 39e minute, Andrea Pirlo place des 20 mètres un magnifique coup franc direct enroulé. "Il est forcément beau et bien tiré son coup franc, aujourd'hui ils sont forcément bien tirés, il faut remonter à 30 ans pour voir un coup franc mal tiré rentrer", plaisante Michel Platini, président de l'UEFA lors d'une rencontre avec des agences de presse, allusion à son coup franc lors de l'Euro-1984 relâché par le gardien espagnol Luis Arconada.

15 juin - La talonnade aérienne de Welbeck

Angleterre - Ukraine (3-2) à Kiev. Match de groupe. 78e minute. Dans un match fou, Walcott qui a permis à l'Angleterre d'égaliser 14 minutes plus tôt, déboule dans la surface de réparation suédoise côté droit en se jouant de Larsson et Olsson avant de centrer au point de penalty pour Welbeck qui pivote dans les airs pour dévier d'une talonnade le ballon dans les filets d'Isaksson. Un geste aussi génial que peu orthodoxe, que le jeune attaquant de Manchester United, malgré tout son talent, n'est sans doute pas prêt de rééditer.

19 juin - La reprise kung-fu d'Ibrahimovic

France - Suède (0-2) à Kiev. Match de groupe. 54e minute, Zlatan Ibrahimovic reprend un centre de Sebastian Larsson dans la surface, d'une volée façon kung-fu ou "Playstation", modèle d'équilibre, de timing et de puissance, qui trompe Hugo Lloris, sous les yeux d'un Philippe Mexès dépassé et battu. La Suède était déjà éliminée et la France se qualifiera quand même pour les quarts. Mais les Bleus perdront leur calme dans les vestiaires, dans une explication de texte orageuse entre eux, après la démonstration suédoise.

28 juin - La furia Balotelli

Allemagne - Italie (1-2) à Varsovie - Demi-finale. 36e minute, Mario Balotelli, qui a déjà ouvert le score d'une tête, scelle le destin du match avec une frappe terrifiante dans la lucarne de Manuel Neuer. Il crève ensuite les écrans du monde entier, maillot ôté, pectoraux et biceps saillants, regard dur. Avec un carton jaune à la clé. "Balotelli est très, très fort. C'était la première fois que je le voyais jouer en vrai, et je l'ai trouvé très fort", a savouré Platini. Critiqué en début de tournoi pour ses frasques et son manque d'efficacité, "MadMario" devient définitivement "SuperMario".

pgr/grd/nip

PLUS:afp