NOUVELLES

Ecclestone veut venir à Hockenheim malgré les menaces de poursuite

01/07/2012 10:40 EDT | Actualisé 31/08/2012 05:12 EDT

Le grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone, affirme dimanche dans la presse qu'il sera présent au Grand Prix d'Hockenheim, en Allemagne, en juillet malgré les menaces de poursuite de la justice allemande dans une vaste affaire de pots-de-vin.

"Bien évidemment je vais aller à Hockenheim", le Grand Prix qui se tiendra du 20 au 22 juillet, assure-t-il dans l'hebodmadaire allemand Focus, alors que le Parquet allemand pourrait l'attendre avec un mandat d'arrêt.

"Je n'ai corrompu personne (...). Je n'ai rien à me reprocher", affirme-t-il.

La justice allemande a condamné mercredi l'ancien banquier Gerhard Gribkowsky, à huit ans et demi de prison ferme pour avoir touché d'énormes pots-de-vin de M. Ecclestone, qui risque d'être poursuivi à son tour.

A la fin de son procès, M. Gribkowsky avait reconnu avoir touché 44 millions de dollars (35 millions d'euros) de pots-de-vin de la part de Bernie Ecclestone en 2006 et 2007.

Il a reconnu que cette somme constituait une forme de récompense pour avoir arrangé la vente des droits de la F1 au fonds d'investissement britannique CVC en 2006, qui était à l'époque favorable au maintien d'Ecclestone à la tête de la discipline reine du sport automobile.

"Le tribunal a fait ce qu'il devait faire et cru Gerhard Gribkowsky mais cet homme ment", a-t-il encore commenté. "La seule chose qui soit vraie c'est que j'ai payé personnellement à M. Gribkowsky dix millions de livres afin qu'il arrête avec ces idioties, à savoir me dire en permanence par sous-entendus comment il pouvait me faire coincer par le fisc britannique".

Selon le procureur du parquet de Munich, le Britannique n'a pas été victime d'un chantage de la part du banquier allemand comme il l'avait prétendu en novembre devant le tribunal où il avait comparu en tant que simple témoin.

Bien au contraire, il a été "partie prenante d'un acte de corruption", avait estimé le procureur au cours du procès.

yap/eb

PLUS:afp