NOUVELLES

Touriste néerlandais tué en Tanzanie: cinq arrestations et mesures prises

30/06/2012 04:18 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

Les autorités tanzaniennes ont annoncé samedi avoir procédé à cinq arrestations et pris d'autres mesures, après le meurtre, le 22 juin, près du célèbre parc national du Serengeti, dans la nord du pars, de deux personnes, dont un touriste néerlandais.

Deux personnes, un touriste néerlandais et un responsable du camp hôtelier où il séjournait, ont été tués mercredi dans l'attaque du site, près du célèbre parc national tanzanien du Serengeti, a indiqué vendredi l'autorité tanzanienne de gestion des parcs (Tanapa).

Lors de l'attaque, qui avait visé un camp de tentes à la lisière du parc, plusieurs autres touristes avaient été dépouillés de leur argent et d'autres effets.

"Nous avons déjà arrêté cinq suspects; ils portaient des fusils ainsi que les sacs de ces touristes. Nous avons des raisons sérieuses de penser que ce sont eux qui ont commis le meurtre", a indiqué à l'AFP le vice-ministre tanzanien de l'Intérieur, Pereira Ame Silimi.

"Nous avons par ailleurs décidé que tous les sites de campement et les +lodges+ soient désormais, sans exception, gardés par des hommes armés de fusils", a poursuivi le membre du gouvernement.

M.Silimi a par ailleurs assuré que les patrouilles de police avaient été "intensifiées " dans la région et qu' une "police auxiliaire pour le tourisme" allait être mise en place.

Le lendemain de l'attaque, le ministre tanzanien des Ressources naturelles, Khamis Kagasheke, et celui de l'Intérieur, Emmanuel Nchimbi, s'étaient rendus sur les lieux de l'agression, où ils avaient présenté leurs condoléances à la femme du touriste décédé.

La Tanzanie, comme le Kenya voisin où se sont produites plusieurs attaques de touristes fin 2011, tire une grande partie de ses revenus du tourisme, notamment des safaris organisés dans ses nombreux parcs naturels.

Le Serengeti est en particulier mondialement connu pour la grande migration annuelle de centaines de milliers de gnous, zèbres et autres herbivores qui traversent la rivière Mara, infestée de crocodiles, pour se rendre dans la non moins célèbre réserve kényane du Massaï Mara.

er/ej

PLUS:afp