NOUVELLES

Mali: à Tombouctou, des mausolées attaqués à coups de pioches, houes, burins (témoins)

30/06/2012 11:59 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

Les islamistes du groupe armé Ansar Dine qui ont détruit samedi au moins trois mausolées de saints musulmans à Tombouctou (nord-ouest du Mali) se sont servis de pioches, houes et burins, en scandant: "Dieu est grand!", ont affirmé à l'AFP des témoins.

Tôt samedi matin, "une équipe d'une trentaine de combattants d'Ansar Dine se sont dirigés vers le mausolée de Sidi Mahmoud", dans le nord de la ville, qu'ils ont encerclé", a expliqué un de ces témoins, travaillant pour un média local, qui a assisté à l'opération.

"Certains avaient des armes. Ils n'ont pas tiré. Alors, ils ont commencé par crier: +Allah akbar!, Allah akbar+ (Dieu est grand! Dieu est grand!) et avec des pioches et des houes, ils ont commencé par casser le mausolée. Quand un grand bloc du mausolée est tombé sur la tombe, ils ont commencé par crier encore +Allah Akbar!+ et après, ils sont allés vers un autre mausolée", a ajouté cet homme sous couvert d'anonymat.

Un autre témoin a affirmé avoir vu des islamistes se servant de divers objets dont un burin. Selon lui, les islamistes étaient déterminés, ils "cassaient sans peur les mausolées".

D'après plusieurs témoignages, les islamistes d'Ansar Dine ont détruit samedi en quelques heures trois mausolées de Tombouctou: celui de Sidi Mahmoud (nord de la ville), Sidi Moctar (nord-est) et Alpha Moya. Ils ont promis de faire subir le même sort à tous les sites similaires.

Des habitants ont affirmé avoir observé samedi en milieu d'après-midi une pause dans l'opération de destruction. Une des sources a indiqué que les islamistes avaient sollicité l'aide de maçon, en promettant une rémunération, ce qu'ont rejeté les ouvriers.

"Ils ont appelé des maçons pour leur demander d'aider à casser les mausolées, qu'ils seront payés, mais les maçons ont refusé", a dit un des témoins.

"Ansar Dine va détruire aujourd'hui tous les mausolées de la ville. Tous les mausolées sans exception", avait déclaré samedi matin à l'AFP via un interprète Sanda Ould Boumama, porte-parole d'Ansar Dine à Tombouctou.

Ansar Dine, Aqmi et divers groupes armés ont pris ensemble le contrôle du vaste nord malien il y a trois mois, quelques semaines après un coup d'Etat militaire qui, le 22 mars, avait installé la confusion à Bamako.

Au fil du temps, les islamistes ont étendu leur emprise sur le terrain, particulièrement au détriment de rebelles touareg, séparatistes et laïcs.

sd-cs/jpc

PLUS:afp