NOUVELLES

Les cinq présidents égyptiens: quatre militaires, un civil islamiste

30/06/2012 07:56 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

Les quatre premiers présidents qui se sont succédés en Egypte depuis la chute de la monarchie -Naguib, Nasser, Sadate, Moubarak- sont issus des rangs de l'armée, avant l'élection de l'islamiste Mohamed Morsi.

MOHAMED NAGUIB

Membre du groupe des "Officiers libres", il participe au renversement du roi Farouk en août 1952, et devient président l'année suivante, en juin 1953, lors de la proclamation de la république. Nasser, qui le soupçonne de connivence avec les Frères musulmans, le contraint à la démission en 1954, et le fait assigner à résidence. Il s'éteint en 1984.

GAMAL ABDEL NASSER

Le leader des "Officiers libres" sera chef d'Etat jusqu'à sa mort due à une crise cardiaque en 1970. Charismatique et autoritaire, héraut du panarabisme et du mouvement des non-alignés, il gouverne d'une main de fer.

Son règne sera marqué par la nationalisation du canal de Suez en 1956 et la mise en déroute de l'opération franco-britannique destinée à reprendre le contrôle de cet axe stratégique.

En 1967 l'armée égyptienne subit une sévère défaite face à Israël durant la "guerre des Six-Jours". Il décide également la construction controversée du colossal barrage d'Assouan. Ses funérailles en septembre 1970 sont suivies par des foules immenses.

ANOUAR AL-SADATE

Vice-président de Nasser et lui aussi issu de l'armée, Sadate dirige le pays jusqu'à son assassinat par des islamistes en octobre 1981. Ramène l'Egypte nassérienne proche de l'URSS vers le camp occidental, et ouvre son économie, au prix de troubles sociaux.

En 1973, il lance une offensive militaire -"guerre du kippour"- contre les forces israéliennes dans le Sinaï. Quatre ans plus tard il se rend en visite officielle à Jérusalem, où il prononce un discours devant la Knesset. Suivra en 1979 la conclusion d'un traité de paix avec Israël, le premier entre un pays arabe et l'Etat hébreu. Il obtient le prix Nobel de la Paix.

HOSNI MOUBARAK

Ancien chef de l'armée de l'air puis vice-président de Sadate, Hosni Moubarak dirigera l'Egypte pendant trois décennies, avant d'être renversé le 11 février 2011 sous la pression d'une révolte populaire de 18 jours que ses généraux se refusent à mater.

Hosni Moubarak s'est appuyé sur un redoutable appareil policier et sur un parti présidentiel à sa dévotion. Les Frères musulmans sont illégaux et régulièrement réprimés, mais relativement tolérés dans les faits. L'économie connaît un début de décollage.

Aujourd'hui âgé de 84 ans, il est en détention dans un hôpital militaire à la suite de sa condamnation à perpétuité le 2 juin 2012.

MOHAMED MORSI

Premier islamiste, à accéder à la4 magistrature suprême, il est aussi le premier civil à parvenir à cette fonction, et le premier président égyptien à être élu lors d'un scrutin libre.

Agé de 60 ans, père de cinq enfants, Mohamed Morsi, ingénieur de formation, est diplômé d'une université américaine. Il a connu la détention sous Hosni Moubarak.

Cadre du mouvement des Frères musulmans, il prend la tête de leur formation politique, le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), créé en 2011 après la chute de Moubarak. Il promet d'être "le président de tous les Egyptiens", mais nombreux sont ceux, notamment les chrétiens coptes, qui attendent des gages qu'il ne cherchera pas à instaurer un système islamique.

cr/sw

PLUS:afp