NOUVELLES

Les Bulgares défilent dans le calme pour célébrer la fierté gaie à Sofia

30/06/2012 04:52 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

SOFIA, Bulgarie - Environ 2000 personnes ont organisé samedi un défilé de la fierté gaie à Sofia, la capitale bulgare, sous la protection de la police anti-émeute, après que des groupes extrémistes eurent poussé leurs membres à faire dérailler l'événement.

De tels défilés ont déjà été attaqués par des groupes qui s'opposent aux demandes de légalisation du mariage gay en Bulgarie.

Escortés par des centaines de policiers et de gardes de sécurité, les marcheurs, majoritairement des jeunes, ont circulé paisiblement dans le centre-ville de Sofia, samedi, portant des bannières colorées revendiquant l'amour, l'égalité et la diversité sexuelle.

En prévision de l'événement, des diplomates de plusieurs pays ont émis une déclaration conjointe appuyant le défilé bulgare. Les ambassadeurs de l'Argentine, de l'Autriche, de la Grande-Bretagne, du Danemark, de la Finlande, de la France, de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Serbie et des États-Unis ont qualifié l'événement d'«occasion de promouvoir les droits de la personne et la tolérance, de célébrer la diversité et de dénoncer l'homophobie».

Le petit pays des Balkans, fort de 7,3 millions d'habitants, a rejoint l'Union européenne en 2007, mais les gais et lesbiennes subissent toujours une très forte hostilité au sein de la société machiste, et l'opposition envers leurs événements publics a été puissante.

L'influente Église orthodoxe a pressé les autorités d'interdire le défilé de samedi, affirmant que cela minerait les traditions chrétiennes. Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, les autorités religieuses ont dit être «catégoriquement opposées à l'organisation d'une telle manifestation immorale».

En 2004, la Bulgarie a adopté une loi anti-discrimination qui protège les droits des gays, mais elle s'est révélée inefficace.

Des groupes de défense des droits de la personne tels qu'Amnistie Internationale ont lancé un appel pour une réforme urgente de la loi bulgare, afin de s'assurer que les crimes haineux, qui ciblent souvent les gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres, fassent l'objet d'enquêtes et de poursuites réglementaires.

PLUS:pc