NOUVELLES

Kiev se prépare à accueillir la finale de l'Euro-2012

30/06/2012 10:28 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

La capitale ukrainienne se prépare à accueillir en grande pompe dimanche la finale de l'Euro-2012 de football, à laquelle de nombreux chefs d'Etats et de gouvernements sont attendus, en dépit d'un boycott politique annoncé par plusieurs hauts responsables européens.

Le coup d'envoi des festivités sera donné dès samedi soir par un concert gratuit du chanteur britannique Elton John et du groupe britannique Queen qui chanteront dans la zone réservée aux supporters de football sur la place centrale de Kiev, afin d'attirer l'attention sur l'épidémie du sida en Ukraine, pays le plus affecté d'Europe par cette épidémie.

Dimanche, une brève cérémonie de clôture aura lieu au stade Olympique de Kiev avant le coup d'envoi à 18H45 GMT de la finale opposant l'Espagne à l'Italie.

Plus de 7.300 policiers seront mobilisés dans la capitale et le service de sécurité ukrainien (SBU) a fait savoir qu'il s'apprêtait à bloquer l'accès à des hooligans "susceptibles d'organiser des rixes et autres provocations".

De nombreuses personnalités sont attendues, à commencer par le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, et le prince Felipe, qui ont boycotté les deux précédents matches de leur équipe en Ukraine pour protester contre le sort de l'ex-Premier ministre et opposante emprisonnée Ioulia Timochenko.

Le chef du gouvernement espagnol a fait savoir que ce boycott était un "signal politique suffisamment clair" et prévenu à l'avance qu'il assisterait à la finale en cas de qualification de l'Espagne.

Outre M. Rajoy, le chef du gouvernement italien, Mario Monti, le président polonais, Bronislaw Komorowski, et le chef du gouvernement hongrois, Viktor Orban, sont attendus dimanche.

L'Union européenne réclame depuis plusieurs mois la libération de Ioulia Timochenko, qui purge une peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir et s'est plainte de mauvais traitements. L'UE dénonce une justice sélective à son encontre, alors que se profilent les élections législatives à l'automne.

En signe de protestation, plusieurs gouvernements européens, notamment de la France, du Royaume-Uni et de l'Allemagne ont refusé d'envoyer des représentants aux matches de leurs équipes en Ukraine.

"Un tournoi exceptionnel"

Outre l'UE, plusieurs présidents d'ex-républiques soviétiques, notamment le Géorgien Mikheïl Saakachvili, doivent se rendre à Kiev pour la finale, selon l'agence Interfax.

Le chef de l'Etat bélarusse Alexandre Loukachenko, mis au ban de l'Europe en raison des atteintes aux libertés dans son pays, sera aussi présent, selon l'ambassade bélarusse en Ukraine.

Plusieurs ONG ukrainiennes de défense des droits de l'homme ont appelé à cette occasion les responsables européens à faire pression sur le président ukrainien Viktor Ianoukovitch pour qu'il retire son invitation à M. Loukachenko, et, dans la négative, à boycotter la finale.

Alors que les préparatifs de l'Euro-2012 ont été émaillés de scandales -- retards dans les travaux, prix exorbitants de l'hébergement --, les trois semaines du championnat se sont déroulées sans incident en Ukraine.

Le président de l'UEFA, Michel Platini, a estimé samedi à Kiev que l'Ukraine et la Pologne avaient co-organisé "un tournoi exceptionnel, qui restera dans les mémoires".

"Je ressens de la fierté pour ces deux pays souvent décriés, qui ont montré qu'ils étaient à la hauteur" pour organiser ce championnat qui avait débuté le 8 juin à Varsovie, a-t-il dit.

Les autorités ukrainiennes, qui attendent jusqu'à 500.000 étrangers pour la finale, considèrent cet événement comme un ultime test.

"Il nous faut encore tenir trois jours" avant de considérer que le pari est gagné, a déclaré à l'AFP le vice-Premier ministre ukrainien, Boris Kolesnikov.

ant/bfi/grd

PLUS:afp