NOUVELLES

Euro-2012: le Top 10 des petites phrases

30/06/2012 12:51 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

Du "biscotto" de Gianluigi Buffon aux "rafales" de Florent Malouda, Top 10 des petites phrases qui ont fait du bruit lors de l'Euro-2012 en Pologne et en Ukraine, qui prend fin dimanche à Kiev avec la finale Espagne-Italie.

10: "Biscotto-ci, biscotto-là, biscotto partout !". Excédé par la polémique autour d'une possible entente entre l'Espagne et la Croatie pour faire un 2-2 qui aurait éliminé la Nazionale, le gardien italien Gianluigi Buffon s'est épanché sur sa page Facebook. "Mamma mia... sic transit gloria mundi (ainsi passe la gloire du monde). Ca fait deux jours qu'on ne parle que de ça", a-t-il ajouté. Et l'Espagne a battu la Croatie 1-0.

9: "Ferme ta g... !". Buteur contre l'Angleterre, Samir Nasri a mis son doigt sur la bouche et distinctement crié sa colère en direction de la tribune de presse. Il a ensuite expliqué avoir pris pour cible le quotidien sportif L'Equipe. Quelques jours plus tard, il terminait son Euro sur une autre série d'insultes à l'encontre d'un journaliste de l'AFP.

8: "L'ambiance est excellente". Battus en ouverture de l'Euro par le Danemark, les Pays-Bas sont déjà en difficulté mais leur sélectionneur Bert van Marwijk se veut rassurant. "L'ambiance est excellente dans le groupe malgré une tension tout à fait normale après une défaite et avant un match qui est l'un des plus importants de ces dernières années. Je sens les joueurs très concentrés sur ce match." Les Néerlandais seront éliminés après trois défaites et Van Marwijk a démissionné.

7: "J'ai l'impression que le traducteur est parti aux toilettes". Les problèmes de traduction ont été récurrents lors de cet Euro et ce jour-là, c'est le sélectionneur des Bleus Laurent Blanc qui en est victime après une question interminable.

6: "Je ne suis pas content". Michel Platini, le président de l'UEFA, était très en colère au moment d'évoquer les débordements racistes d'une frange des supporteurs croates. "J'étais il y a un an en Croatie, je ne suis pas content. C'est une équipe qui joue bien, mais quand tu as une centaine de +connards+ dans le public, ce n'est pas possible", a-t-il lancé.

5: "Les Bleus sont très coquets". Deux jours avant le match contre l'Angleterre, l'ambiance était encore bonne au sein de l'équipe de France. "En fait, les joueurs de l'équipe de France sont très coquets, on fait très attention à notre hygiène", répondait Alou Diarra à une question sur les dépenses en cosmétiques des joueurs français dans un centre commercial de Donetsk.

4: "Nous n'engagerons pas de détective". Un peu fâché d'avoir vu la composition de l'équipe allemande dévoilée dans les médias quelques heures avant le quart de finale contre la Grèce, Philipp Lahm a préféré jouer la carte de l'humour au moment d'évoquer la "traque" de la taupe.

3: "Que m'apporte Shevchenko au quotidien ? Les cafés !". Facétieux, le sélectionneur Oleg Blokhine ironise sur l'importance de son attaquant vedette. "Non, c'est une plaisanterie. Mais qu'est-ce que je peux répondre à ça ? Il joue toujours très bien et il donne le bon exemple par son professionnalisme", a-t-il ajouté.

2: "Qu'est-ce qu'on fait alors, on rentre à la maison ?". Le sélectionneur de l'Italie Cesare Prandelli a eu raison d'avoir moins peur de l'Allemagne que les médias transalpins, qui l'interrogeaient sur la forme éblouissante de la Mannschaft. L'Italie a joué et elle a gagné.

1: "Dans les vestiaires, il faut quelquefois s'envoyer des rafales". Florent Malouda résumait ainsi l'après-match tendu chez les Bleus suite à la défaite face à la Suède. "La discussion c'est les missiles qu'on s'envoie entre nous", avait-il ajouté. Apparemment, ni les rafales ni les missiles n'ont suffi.

stt/grd

PLUS:afp