NOUVELLES

Euro-2012 - Arbitrage: Platini "absolument contre" la technologie

30/06/2012 09:04 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

L'arbitrage, à cinq pour la première fois, lors de l'Euro-2012 a été "efficace, juste et équilibré", a affirmé samedi le président de l'UEFA Michel Platini, rappelant qu'il était "absolument contre l'arrivée de la technologie".

"On a eu un arbitrage efficace, juste, équilibré, qui a confirmé tout ce qu'apporte l'arbitrage à cinq", a-t-il déclaré en conférence de presse à la veille de la finale entre l'Espagne et l'Italie.

"Vous avez tendance à vous focaliser sur une erreur (le but qui aurait dû être accordé à l'Ukraine face à l'Angleterre, ndlr) mais il y a eu plus de mille matches avec l'arbitrage à cinq sans une erreur", a ajouté le président de l'UEFA, qui a instauré ce système il y a trois ans en Ligue Europa et deux ans en Ligue des champions.

"Et il y a tout ce qu'on ne voit pas, l'effet dissuasif, moins d'accrochages, plus de buts, surtout de la tête, etc... L'arbitrage à cinq permet de nettoyer les surfaces", a-t-il estimé.

Alors que le président de la Fifa Sepp Blatter s'est de nouveau prononcé pendant l'Euro pour l'introduction de la technologie sur la ligne de but, Platini a rappelé qu'il était "absolument contre la technologie et contre l'arrivée de la technologie".

"Si on a la technologie sur la ligne de but, pourquoi pas sur la ligne de fond ? Et s'il y a une main sur la ligne qui n'est pas vue par l'arbitre ? Je ne suis pas contre la technologie sur la ligne de but, je suis contre l'arrivée de la technologie parce que ça ne va pas s'arrêter là", a-t-il ajouté.

"Ca va continuer partout. Au départ du but non accordé à l'Ukraine, il y a hors-jeu. Pourquoi pas la technologie pour les hors-jeu ? On s'arrête où ? Mais de toutes façons, ce sera à la Fifa et au +Board+ de décider", a-t-il rappelé, alors que l'organe garant des lois du jeu doit se prononcer sur la question lors d'une réunion le 5 juillet à Zürich.

"Ce que l'on demande à la Fifa, malgré une erreur dans cet Euro, c'est d'ouvrir un débat sur la technologie avant de prendre une décision", a conclu Platini.

stt/ep

PLUS:afp