MONTRÉAL - Des représentants de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) prendront part à une tournée de mobilisation en Ontario, du 12 et le 20 juillet.

L'objectif est de rencontrer les associations étudiantes et les syndicats pour discuter de la grève étudiante au Québec et d'élaborer sur des perspectives de lutte en Ontario.

Une porte-parole de la CLASSE, Camille Robert, espère que son regroupement pourra tisser des liens avec les comités exécutifs des associations étudiantes de la province voisine.

Mme Robert croit que les étudiants québécois gagnent à échanger sur ses «moyens de mobilisation» et ses «stratégies de lutte» avec leurs homologues ontariens.

La porte-parole envisage déjà une rentrée scolaire «un peu plus corsée» au mois d'août, et c'est pourquoi son regroupement cherche à obtenir le plus grand nombre d'appuis possible, tant ailleurs au Canada qu'à l'international, avant la fin de l'été. Un soutient provenant de l'extérieur du Québec ne peut être que bénéfique à notre cause, assure-t-elle.

Mme Robert soutient que le mouvement de contestation demeure fort et refuse de croire en un «essoufflement de la mobilisation», malgré la saison estivale. N'empêche, la CLASSE s'est donné la mission d'organiser des conférences populaires afin de rejoindre la population partout au Québec et de la garder active. Les appuis demeurent très forts, mais la CLASSE doit garder contact avec la population pour arriver avec un maximum d'appuis au mois d'août, selon la porte-parole.

Pour l'heure, les autres associations n'ont pas été invitées à prendre part à cette tournée. «Je ne pense pas qu'elles font partie du projet, mais je ne pense pas qu'elles soient exclues non plus», a indiqué Mme Robert.

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...