NOUVELLES

Décès de l'ancien premier ministre israélien Yitzhak Shamir, à l'âge de 96 ans

30/06/2012 02:46 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - L'ancien premier ministre israélien conservateur Yitzhak Shamir est décédé à l'âge de 96 ans, a annoncé samedi le bureau de l'actuel chef du gouvernement Benyamin Nétanyahou.

M. Shamir, qui avait quitté le Likoud (droite) avant les élections de 1999 et s'était retiré de la vie politique, s'est éteint samedi dans une maison de retraite de Herzliya près de Tel Aviv, selon la presse israélienne.

Yitzhak Shamir a été premier ministre pendant sept ans, de 1983 à 1984 et de 1986 à 1992, mettant de l'avant sa croyance selon laquelle Israël devait conserver son territoire et ne jamais faire confiance à un régime arabe. Il aura mené deux fois son parti au pouvoir, et ce malgré l'absence de charme et de charisme qui caractérisent bon nombre de politiciens modernes.

Mesurant à peine 1m50 et bâti comme un bloc de granit, M. Shamir projetait une image de solidité sans compromis à l'époque où les Palestiniens se sont soulevés dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie, demandant la fin de l'occupation israélienne.

Défait aux élections de 1992, il a démissionné de son poste de chef du Likoud et est demeuré sur la touche pendant que son successeur, Yitzhak Rabin, négociait des accords de paix comprenant des échanges territoriaux avec les Palestiniens. Ces accords, qui comprenait la reconnaissance d'Israël par le leader palestinien Yasser Arafat, n'ont pas permis de faire disparaître ses soupçons.

Dans une entrevue accordée en 1997 au journal new-yorkais Jewish Post, il déclare : «Les Arabes vont toujours rêver de nous détruire. Je ne crois pas qu'ils nous reconnaîtront comme partie intégrante de cette région.»

M. Shamir a d'ailleurs embrassé l'idéologie des Révisionnistes, soit qu'Israël est le seul propriétaire de l'ensemble de la Terre Sainte, formée d'Israël, de la Cisjordanie et de la Jordanie.

Le Parti travailliste, au pouvoir pendant les trois premières décennies d'existence d'Israël, a donné son accord à un plan de partition onusien proposé en 1947 permettant la création d'un État israélien aux côtés d'une entité palestinienne. Pour M. Shamir et les autres Révisionnistes, il s'agissait d'une trahison.

Quelques années avant son décès, interrogé à propos de son point de vue sur les compromis territoriaux pour assurer la paix, M. Shamir a fréquemment déclaré qu'Israël avait déjà abandonné 80 pour cent de la Terre d'Israël, une référence à la Jordanie.

Son passage à la tête du gouvernement hébreu a été marqué par la révolte palestinienne contre l'occupation israélienne et la Guerre du Golfe, lors de laquelle l'Irak a tiré 39 missiles Scud contre Israël.

Avant les élections de 1999, il a démissionné de son poste au sein du Likoud et a joint un nouveau parti de droit appelée Union nationale, dirigé par le fils de Benyamin Nétanyahou, Ze'ev Benyamin.

En 2001, M. Shamir a reçu la plus haute distinction israélienne, remise à chaque année à des citoyens pour leurs accomplissements extraordinaires dans divers domaines.

Aucune date n'a encore été déterminée pour ses funérailles.

PLUS:pc