NOUVELLES

Afrique du Sud: un chimpanzé d'un refuge a violemment attaqué un étudiant

30/06/2012 07:45 EDT | Actualisé 30/08/2012 05:12 EDT

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - Pendant ses six années à la tête d'un centre pour chimpanzés orphelins et maltraités, l'écologiste sud-africain Eugene Cussons a été appelé à commenter des incidents où un animal s'attaquerait à un humain.

Le spécialiste affirme avoir toujours pu déceler un moment de sarcasme ou un semblant d'agression qui pourrait avoir déclenché la colère de ces animaux puissants.

Mais cette fois-ci, l'attaque est survenue dans son propre centre, au Jane Goodall Institute Chimpanzee Eden, en Afrique du Sud, et M. Cussons n'a pas de mots pour expliquer ce qui s'est produit.

Dans une entrevue téléphonique accordée samedi, M. Cussons a indiqué qu'il lui faudra attendre que l'étudiant blessé par les chimpanzés soit suffisamment remis pour en savoir davantage sur l'attaque, qui a eu lieu jeudi.

Andrew F. Oberle, un étudiant de deuxième cycle de l'université du Texas à San Antonio, a été grièvement blessé.

Il s'agit de la première attaque du genre à se produire depuis que M. Cussons, qui travaille au sein du célèbre institut international de Jane Goodall, a converti une partie du ranch familial en refuge, en 2006.

L'équipe de M. Cussons a rapidement procédé à l'évacuation de la dizaine de touristes à qui M. Oberle faisait une présentation. Les employés ont alors tenté de séparer les deux chimpanzés mâles du jeune homme de 26 ans.

M. Cussons, qui a lui-même été attaqué par un chimpanzé, a dû se résoudre à tirer un coup de fusil vers le ciel pour effrayer les animaux.

La victime a été mordue à plusieurs reprises et traînée sur une distance d'environ un kilomètre, tandis qu'un chimpanzé a lui aussi été blessé.

Selon l'Iinstitut Jane Goodall, les chimpanzés mâles mesurent 1,7 mètres et pèsent environ 70 kilos.

M. Cussons a mentionné que c'était la première fois qu'il avait demandé au jeune homme de faire une présentation devant les visiteurs. L'étudiant était de retour depuis le mois dernier, après un séjour d'observation plus long, qui remontait à l'an dernier.

Il avait reçu des formations pour s'assurer qu'il comprenne le comportement des animaux, a indiqué M. Cussons, et savait maintenir une distance sécuritaire.

M. Oberle aurait enfreint les règles en franchissant une première barrière entre les humains et les chimpanzés, a mentionné M. Cussons, qui ne sait pas pourquoi le jeune homme s'est rapproché ainsi des animaux. Les chimpanzés ont alors saisi M. Oberle et l'ont tiré sous la deuxième barrière, qui est électrifiée.

PLUS:pc