NOUVELLES

Wall Street ouvre en nette hausse, saluant l'accord surprise en Europe

29/06/2012 10:17 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a ouvert en nette hausse vendredi, saluant l'accord surprise conclu au sommet européen de Bruxelles sur le financement des banques: le Dow Jones gagnait 1,35% et le Nasdaq 1,64%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average bondissait de 170,44 points à 12.772,70 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 46,80 points à 2.896,29 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 se hissait de 1,51% (+20,07 points) à 1.349,11 points.

Wall Street avait terminé en baisse jeudi en dépit d'une nette remontée en fin de séance, dans un marché focalisé sur le sommet européen de Bruxelles et digérant le oui de la Cour suprême américaine à la réforme de santé: le Dow Jones avait cédé 0,20% à 12.602,26 points et le Nasdaq 0,90% à 2.849,49 points.

"Le net rebond du marché est dû à ce qu'il se passe de l'autre côté de l'Atlantique, les dirigeants européens ayant annoncé des mesures qui pourraient mener la zone euro sur la voie d'une résolution de sa crise de la dette", ont salué les analystes de Charles Schwab.

A l'issue d'un sommet de la zone euro qui s'est achevé au petit matin vendredi, le président de l'UE Herman Van Rompuy a notamment annoncé la mise en place d'ici la fin de l'année d'un mécanisme permettant de recapitaliser directement les banques, sous certaines conditions, via le Fonds de secours de stabilité financière (FESF) et le Mécanisme européen de stabilité (MES).

La zone euro est également prête à faire un usage plus "souple" de ces mécanismes financiers afin qu'ils puissent acheter directement de la dette étatique.

"Il s'agit d'une étape importante car cela signifie que le risque associé au soutien des banques est garanti à l'échelle de l'Europe et non plus seulement à l'échelle des seuls pays. Le soutien aux banques ne se traduirait pas par une hausse de la dette souveraine de pays comme l'Espagne et la France", a applaudi Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

Aux Etats-Unis, le marché digérait en outre une série de statistiques économiques mitigées.

Selon des chiffres officiels, les dépenses de consommation des ménages sont restées stables en mai par rapport à avril, tandis que leurs revenus augmentaient légèrement. En outre, l'activité s'est accélérée dans la région de Chicago en juin, l'indice ISM s'établissant à 52,9%.

"Il y a toujours de la croissance, mais elle est molle", a commenté Dick Green.

Le marché obligataire évoluait en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 1,647% contre 1,577% jeudi, et celui à 30 ans à 2,744% contre 2,666%.

ppa/ved/eg

PLUS:afp